Les jours du vieux pont sont comptés

Les jours du vieux pont sont comptés
(Photo : Archives - Le Courrier du Sud)

La fin du chantier du pont Samuel-De Champlain sonne le glas de l’ancien pont Champlain, après seulement 57 ans de service.

Les travaux de démolition, sous la gestion de la société Les Ponts Jacques-Cartier et Champlain Incorporée (PJCCI), devraient commencer dans les prochains mois et s’échelonner sur trois ans.

En 2017, la PJCCI commandait une étude d’avant-projet afin d’explorer les différentes options de déconstruction. Lors d’un breffage technique, la société indiquait alors que le coût estimé pour le projet était de 400 M$. Ce montant inclut notamment les travaux de déconstruction, la valorisation des matériaux, la mise en valeur des actifs ainsi que la rétention d’experts pour épauler la PJCCI dans le projet.

Au total, 250 000 tonnes de béton, 25 000 tonnes d’acier et 12 000 tonnes d’asphalte seront mises en pièces afin de permettre leur transport vers des lieux de recyclage ou de réutilisation des matériaux, soit entre 7500 et 9000 voyages de camion.

Selon un rapport d’analyse environnementale commandé par la PJCCI, les activités de broyage de béton et de découpage d’acier pourraient occasionnellement créer un nuage de poussière de silice et potentiellement de plomb. Ce nuage de particules touchera essentiellement les zones résidentielles riveraines de Brossard et celles aux abords de l’autoroute 10.

Si la silice – composante commune du sable et de la roche – est inoffensive lorsqu’elle est inerte, ses particules microscopiques peuvent cependant engendrer des problèmes respiratoires et d’autres ennuis de santé.

La PJCCI imposera des critères sévères pour contrôler ces émissions polluantes. L’opacité de la poussière diffuse devra être limitée à 20% ou moins sur le site, et 10% ou moins aux limites du site.

Poursuivez votre lecture ici.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des