Les plans de nouveaux partenaires de patinage chamboulés

Photo de Vicky Girard
Par Vicky Girard
Les plans de nouveaux partenaires de patinage chamboulés

Jamie Fournier, de Boucherveille, et l’Américain Anthony Steven Haddad ne s’attendaient pas à être séparés par la fermeture des frontières tout juste après s’être choisis comme nouveaux partenaires en danse sur glace. Malgré la saison incertaine à venir, le duo espère être réuni bientôt pour s’entraîner autrement que virtuellement.

À LIRE AUSSI: Jamie Fournier et Gabriel Farand triomphent aux Jeux du Canada

Après plusieurs mois de recherche pour les deux patineurs dans la catégorie canadienne junior, Anthony Steven Haddad, 18 ans, s’est rendu à Chambly à la mi-mars afin d’effectuer des essais d’une semaine. Il est retourné dans son pays d’origine et avait l’intention de revenir rapidement pour s’installer et s’entraîner avec Jamie Fournier, 15 ans, mais la COVID-19 l’en a empêché.

Il peut tout de même patiner dans un aréna aux États-Unis, alors que ce n’était pas encore possible au Québec avant la fin juin.

L’incertitude de la saison à venir permet au duo de développer son partenariat.

«Je ne pense pas vraiment au classement en ce moment. Ça nous enlève beaucoup de pression», dit-il.

L’entraîneur des patineurs, Julien Lalonde, abonde dans le même sens.

«Ils vont avoir du temps pour se préparer. Il n’y aura pas de compétitions cet été. On souhaite qu’ils puissent prendre part à la première compétition de qualifications aux provinciaux prévus en novembre», affirme-t-il.

M. Lalonde ajoute être confiant que le duo se classe dans le top 10 canadien si les Championnats des défis du Canada, prévus en janvier à Edmonton, puis les Championnats canadiens, le même mois à Vancouver, ont lieu.

De son côté, Jamie Fournier a pour objectif de faire partie de l’équipe du Québec pour accéder aux régionaux. Elle vise un podium avec son nouveau partenaire.

M. Lalonde admet par contre qu’ils avancent tous «dans le brouillard».

Une saison transitoire

La patineuse Jamie Fournier fait face à plusieurs changements, puisqu’elle passe du patinage en couple à la danse sur glace.

«J’ai beaucoup évolué dans les deux dernières années. J’ai réalisé que j’avais plus à donner en danse», explique l’athlète.

Elle doit maintenant s’adapter.

Son entraîneur laisse savoir que la patineuse devra travailler sur son interprétation, sa «glisse» et sur la qualité des figures, reconnue en danse sur glace.

«Je suis vraiment excitée de retourner sur la glace», partageait-elle au Courrier du Sud, quelques jours avant la reprise prévue le 29 juin.

Pour rester en forme, elle fait de la musculation, de la course, du vélo, de la danse et du yoga régulièrement.

«C’est frustrant de s’entraîner virtuellement, sans être sur la glace ensemble. Nous savons ce que nous voulons accomplir, mais on ne peut pas le faire.»

-Anthony Steven Haddad

Chimie

M. Lalonde ne tarit pas d’éloges à l’égard du duo de patineurs qu’il entraîne.

«Ce sont deux beaux jeunes athlètes dont les corps s’agencent bien. Ils sont au même niveau et partagent des forces, dont leur coup de patin», détaille-t-il.

Ce dernier ajoute que «ça a cliqué entre les deux. On l’a vu tout de suite. On sait qu’on a un couple de champions».

Les deux patineurs eux-mêmes témoignent de leur chimie presque instantanée sur la glace.

«J’ai vraiment apprécié patiner avec Jamie. J’étais impressionné. Je voulais vraiment venir au Canada pour relever de nouveaux défis et saisir cette opportunité et j’ai hâte à la suite», partage Anthony Steven Haddad.

«On s’entend vraiment bien et tout s’est parfaitement aligné lorsqu’on a patiné ensemble, renchérit Jamie Fournier. Pour le moment, nous tentons d’apprendre nos chorégraphies en ligne et de bâtir une relation, mais c’est difficile.»

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des