Actualités
Politique

Logement social et communautaire: un outil supplémentaire pour les municipalités

vendredi le 06 mars 2020
Modifié à 16 h 05 min le 05 mars 2020
Par

L’Assemblée nationale a adopté à l’unanimité la motion présentée par la députée de Marie-Victorin Catherine Fournier réclamant l’élargissement du droit de préemption pour l’acquisition de terrains afin d’y développer du logement social et communautaire, le 19 février. Il s’agit d’un droit dont se prévaut actuellement l’administration de Valérie Plante, la Ville de Montréal ayant acquis ce pouvoir dans la réforme législative de sa Charte en 2017. La motion réclame que le gouvernement du Québec analyse «la possibilité d’étendre ce droit de préemption pour l’acquisition de terrains en vue de l’implantation de logements sociaux et communautaires aux municipalités qui en font la demande». «La spéculation foncière dans la grande région de Montréal est un frein à l’acquisition de terrains destinés au logement social et abordable, soutient Catherine Fournier. Il est urgent de donner le maximum d’outils aux municipalités pour agir, surtout considérant la crise du logement que nous connaissons à l’heure actuelle. Le droit de préemption, qui permet à la Ville de se réserver le droit de premier achat sur certains terrains ou immeubles, vise à faciliter le développement d’une plus grande offre de logements sociaux et abordables.» (Source: Bureau de la députée de Marie-Victorin)

Connectez-vous afin de pouvoir ajouter des commentaires

Connectez-vous

Dernières nouvelles