Longueuil: comment et jusqu’où aider citoyens et entreprises dans la crise?

Photo de Ali Dostie
Par Ali Dostie
Longueuil: comment et jusqu’où aider citoyens et entreprises dans la crise?
La séance du conseil du 24 mars à Longueuil, en vidéoconférence. (Photo : Capture d'écran)

Lors de la séance du conseil municipal de Longueuil du 21 avril, quelques élus ont insisté sur l’importance de soutenir les citoyens, les entreprises et commerces du territoire, alors que la véritable ampleur des impacts de cette crise sanitaire sur l’économie locale est encore inconnue.

Plus particulièrement, le conseiller municipal Steve Gagnon a insisté sur le fait que les ressources de la Ville sont «immensément plus importantes que [celles des] citoyens dont elle doit se préoccuper de la qualité de vie».

Il estime que la Ville devrait recourir à ses surplus, en ce temps de crise.

«Jamais notre aide ne devrait être affectée par les pertes de revenus auxquelles la Ville fait face. Nous pouvons et devons en faire plus», a-t-il signifié, invitant ses collègues à faire preuve de flexibilité.

M. Gagnon s’attend attend aussi à une flexibilité de la part de Québec. Bien que la loi empêche les administrations municipales d’enregistrer un déficit, le gouvernement devrait à son avis l’autoriser en ces circonstances exceptionnelles, afin que la Ville puisse le financer à long terme, «sans le refiler aux contribuables à court terme» et «sans vider totalement notre bas de laine».

La mairesse Sylvie Parent a écarté ce scénario car, même si la Ville empruntait pour alléger son budget, «ce seront les citoyens qui vont payer pour cet emprunt».

«Nous aurons besoin d’aide et nous voulons que le gouvernement entende notre demande», a-t-elle insisté, référant à la demande d’appui qu’ont formulée les élus de l’agglomération en lien avec les drastiques pertes de revenus de transport en commun.

Rappelons que des mesures d’allègement ont été annoncées en début de crise, dont le report du paiement des taxes municipales, et plus récemment, le report du paiement des droits de mutations, entre autres.

Commerces de proximité

Le conseiller municipal de l’opposition Benoît L’Écuyer a pour sa part insisté sur la difficulté des commerçants du territoire à «traverser la tempête».

Il a rappelé l’aide financière orchestrée par Développement économique Longueuil de l’ordre de 4 M$ afin de soutenir les PME du territoire.

Par ailleurs, M. L’Écuyer voit dans la mise en place d’une ligne téléphonique de référence et d’accompagnement dédiée aux entreprises locales un pas dans la bonne direction.

Il se fait néanmoins critique quant à certaines mesures jugées trop ciblées – doutant de l’impact de la gratuité du stationnement sur la rue Saint-Charles Ouest sur les commerces – et en appelle à plus de «proactivité» pour soutenir les commerces de proximité.

«Au moment où le ralentissement économique s’installe et que le taux de chômage augmente, Longueuil devra rapidement prendre des mesures concrètes pour soutenir spécifiquement nos commerces de proximité. Si on pense uniquement au secteur de la restauration, beaucoup vivent des moments difficiles et certains risquent de mettre la clé sous la porte si la crise continue.»

Par voie de communiqué, le chef de l’opposition Xavier Léger a renchéri, rappelant le besoin urgent de liquidités pour les entreprises de proximité indépendantes. La pérennité des entreprises locales dépendra à la fois de l’adoption de mesures concrètes de la mobilisation des citoyens, des organismes du milieu et des commerçants.

Il a cité en exemple la création par la Ville de Montréal d’un comité de soutien spécial d’urgence aux commerces composé d’organismes de développement économique et d’acteurs sectoriels.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des