Longueuil presse le pas pour encadrer la démolition de maisons unifamiliales

Photo de Ali Dostie
Par Ali Dostie
Longueuil presse le pas pour encadrer la démolition de maisons unifamiliales
Le trou laissé par la démolition de la rue Grant, dans l'arr. du Vieux-Longueuil (en octobre). (Photo : Le Courrier du Sud - Ali Dostie)

Les débats des dernières semaines sur la démolition de maisons unifamiliales à Longueuil ont entraîné une «recrudescence» des demandes de permis de démolition, incitant la Ville à devancer, au moyen de séances extraordinaires tenues les 25 et 26 novembre, l’adoption des premiers avis de motion visant à mieux encadrer le phénomène et à créer un effet de gel.

Au cours des dernières semaines, une centaine de demandes de permis de démolition ont été envoyées à la Ville, alors qu’elle en reçoit environ 300 en une année, selon le directeur général Patrick Savard.

C’est d’ailleurs à la recommandation de ce dernier que des séances extraordinaires ont été convoquées dans tous les arrondissements, en plus d’une séance spéciale du conseil de ville.

«Tout le monde avait la volonté d’agir pour arrêter la démolition de maisons unifamiliales et ça vient répondre aux demandes incessantes de plusieurs d’entre vous et de citoyens engagés, a adressé aux élus la mairesse Sylvie Parent. Nous ne ferons pas n’importe quoi dans des secteurs, des rues et des quartiers en particulier.»

L’avis de motion d’un règlement modifiant le règlement sur les permis et certificats fait en sorte que les demandes de permis de démolition ou de lotissement devront être accompagnées d’une copie du permis de construction ou d’une résolution approuvant un plan d’implantation et d’intégration architecturale d’un bâtiment à être implanté sur un terrain.

«S’il y a une demande de permis de démolition, on aura en amont autorisé le projet sur le terrain où l’immeuble sera démoli. On s’assure qu’il n’y ait pas de démolition sans qu’on ait pu prendre connaissance de ce qui est déposé comme projet», a expliqué la conseillère municipale Nathalie Boisclair.

Au tour des arrondissements

Quant aux avis de motion et premiers projets de règlements adoptés par les trois arrondissements, ils devraient avoir un effet de gel sur les demandes de permis, car de nombreuses dispositions des règlements sont appelées à changer.

Parmi ces changements, on note l’obligation, par exemple, que l’entrée principale des logements d’habitations unifamiliales, bifamiliales, trifamiliales ou multifamiliales soit située en façade du bâtiment, orientée vers la rue.

Le règlement revoit entre autres la largeur des marges latérales et arrières, les dispositions entourant les stationnements et la hauteur des habitations unifamiliales, bifamiliales et trifamiliales, qui ne pourra dépasser deux étages.

Certaines de ces modalités visent les projets de construction sur des rues construites avant 2001 et dont la demande de perms a été déposée avant le 2 décembre 2020.

Réflexions 

Le dépôt de ces avis de motion constitue une première étape d’un processus qui s’échelonnera sur quelques mois. Ces modifications réglementaires, appelées à être peaufinées au fil des discussions et réflexions, feront d’ailleurs l’objet de consultations publiques qui, en raison de la pandémie, se dérouleront par écrit, sur une période de 15 jours.

«Je suis très fière qu’il soit adopté à unanimité. C’est un grand premier pas, ce n’est pas le dernier», a dit la conseillère Monique Bastien, à l’arr. du Vieux-Longueuil.

Le chef de l’opposition Xavier Léger a quant à lui émis des doutes sur l’effet de gel de ces propositions.

«Je comprends qu’on va resserrer les règles, mais il ne faudrait pas exagérer sur l’effet que ça va avoir. Oui, ce sera mieux régi, mais ça suivra avec d’autres propositions, qui seront faites jusqu’à l’application du règlement.»

Le conseiller municipal Jacques Lemire aurait souhaité que le processus suive son cours et que ces projets de règlements d’arrondissements soient adoptés les 2 et 7 décembre, comme prévu.

«La peur que j’ai, c’est les poursuites que la Ville pourrait avoir, a-t-il affirmé à la séance d’arrondissement du 26 novembre. Des gens qui ont vendu et acheté ailleurs auront des difficultés. J’espère que ces problèmes vont se régler à l’amiable.»

Dans les arr. du Vieux-Longueuil et de Greenfield Park, les présidents Benoît L’Écuyer et Robert Myles ont indiqué qu’une séance de travail supplémentaire pourrait être prévue pour éclaircir la teneur de ces projets de règlement.

 

À lire aussi: Abattage d’arbres à Saint-Hubert: des amendes plus salées aux contrevenants

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
10 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Pierre
Pierre
1 mois

La ville de Longueuil agit toujours en toute ou rien, du jour au lendemain.
Une administration qui ne vois pas plus loin que le bout du nez.
Mon voisin a vendu, on démoli, et on construit deux maisons de ville 2 étages à côter de mon bungalow.
Donc sur la rue, je suis le seul 1 étage, j’ai 2 fenetres qui tombe sur un mur de brique gris ect.
Bref, ma maison n’est plus vendable comme unifamiliale, j’ai arrêté mes travaux de rénovation, et je veux la vendre à un constructeur, je n’ai plus trop le choix.
Alors si vous bloqué les permis de démolition, moi je viens de perdre la possibilité de vendre à un prix raisonnable.
SVP il y aurais tu moyen que la ville se réveille à temps et non pas quand le mal est fait ?

Stephanie
Stephanie
1 mois
Répondre à  Pierre

Entièrement d’accord. Nous on a un sixplex qui a remplacé une maison unifamiliale qui était très décente. Nous aussi on a voulu vendre à un contracteur car la maison nécessite plusieurs rénovation et on doute qu’en les faisant nous soyons gagnant plus tard car qui va vouloir acheter avec zéro intimité….

Maxime
Maxime
1 mois

Mon père à une petite maison sur un grand terrain double à St-Hubert permettant de construire 2 triplex. Il a décidé de vendre à un contracteur il n’y a pas longtemps pour s’acheter un condo et avoir moins d’entretient. Sauf que là l’offre du contracteur à tombée parce qu’il n’a plus son financement, puisque c’est plus possible pour lui de construire 2 triplex. Mon père ne peut même plus obtenir la moitié de ce qu’il aurait eu avant et le pire c’est qu’il a payé plus cher pour son condo que ce qu’il n’aura jamais pour sa maison. Il va s’en sortir, mais il n’aura pas la retraite qu’il aurait tant méritée. Appliquer un règlement aussi rapidement et sauvagement peut faire beaucoup de mal à des personnes âgées!! Il m’a dit qu’il n’est vraiment pas le seul qui vit cette situation en ce moment et ça, c’est un drame dont personne ne parle!!

En plus, le nouveau zonage de St-Hubert qui a autant nui à mon père est seulement un copier-coller de celui de Longueuil. Rien d’original qui va empêcher les problèmes de stationnements ou encore empêcher les promoteurs de construire 50 fois le même modèle dans un quartier!

Pierre
Pierre
1 mois
Répondre à  Maxime

Vraiment désolant de voir comment la ville agit sans réfléchir et sans égard aux bon payeur de taxe que nous somme (25 ans que je suis à Longueuil)
Et ce n’est pas juste dans ce dossier qu’ils agissent ainsi, ils analyses rien et un moment donné ils agisses spontanément comme un  »Jack in the box » quand la manivelle est rendu au bout.
Moi aussi la vente de ma maison est relier à mon revenu de retraite, je tombe aussi dans un impasse comme beaucoup d’autres à ce que je constate.

La pire administration que Longueuil n’a jamais eu. !!!!!

Jean-Philippe
Jean-Philippe
1 mois
Répondre à  Maxime

C’est vraiment dommage et triste pour votre père. J’ai l’impression que la ville de Longueuil à lancer un projet qui ne répond pas aux enjeux que vivent les citoyens. Personnellement j’ai lu l’avis de motion et elle ne règlera aucun enjeux que je vies en tant que résident du secteur Laflèche. C’est vraiment dommage, la Ville de Longueuil nuit à des personnes âgées comme votre père qui se voulait prendre une retraite avec moins de soucis financier en plus de ne régler aucun enjeux important pour les citoyens. Tout ce que j’entends de l’administration c’est qu’il y aura moins de construction. Mais personnellement ce n’est pas le nombre de construction de plex qui me nuisent, mais plutôt l’harmonie de celles-ci; c’est plutôt que les balcons du triplex en arrière de chez moi soient à 10 pieds de ma cours, collé sur ma piscine, qu’il soit aussi difficile de stationner dans ma rue qu’à Montréal et qu’un promoteur construit le même modèle de triplex depuis 10 ans dans mon quartier et c’est loin d’être un chef d’œuvre d’architecture!! Ça c’est des enjeux importants, mais qui n’ont pas été corrigé la largeur de la façade des triplex, personnellement ça m’importe peu!

L’urbanisme use vraiment de paresse à mon avis. Il est facile de limiter le nombre de nouvelles constructions, mais cela demande un travail plus ardu pour harmoniser. Dans le futur il y aura moins de construction, mais ça sera encore le même modèle avec des balcons presque chez les voisins et avec un manque de stationnement, mais l’administration veut qu’on s’en réjouisse parce qu’il en aura moins…

J’ai la forte impression que garder le statu quo aurait été plus bénéfique et moins hypocrite!!

Jean-Philippe
Jean-Philippe
1 mois

J’ai lu les modifications qui seront apportées au zonage à Saint-Hubert. Cela relève d’une grande paresse de l’urbanisme et encore je pèse mes mots. Ils ont simplement copier-coller le zonage du Vieux-Longueuil à Saint-Hubert sans plus et empêché la construction de maison de ville. Rien a été fait pour régler les problèmes de stationnements présents dans mon quartier. Par ailleurs, rien n’empêchera les promoteurs de continuer de construire 50 fois le même modèle de triplex dans le même quartier. Ils auraient pu profiter de la situation pour réellement écouter les enjeux des citoyens pour améliorer et harmoniser le développement de Saint-Hubert. À la place ils ont seulement imposé les règles de zonage du Vieux-Longueuil, alors que le Vieux-Longueuil à des enjeux similaires à Saint-Hubert! L’avis de motion a tout simplement été un projet bâclé et inutile!

Simon
Simon
1 mois
Répondre à  Jean-Philippe

Jean-Philippe, tu n’as pas pesé tes mots c’est de la paresse à l’état pure qui est payée avec nos taxes. Avec un urbanise de la sorte, ils ne réussiront jamais à geler la démolition des maisons, un pseudo expert payé par un promoteur va dire que la maison n’est pas viable et la Ville de Longueuil ne fera rien de plus qu’approuver la démolition. Une chose est certaine, avec cet avis de motion, on a compris que les promoteurs ont clairement plus de leadership que la Ville

Serge
Serge
1 mois

moi je vois poindre une hausse de mon compte de taxe. En effet, si la ville met un frein à la construction de nouvelles maisons, en empêchant la démolition de plus vieux bâtiments afin de les remplacer par de nouveaux avec une plus grande valeur foncière, comment pourra-t-elle aller chercher de nouvelles taxes foncières. Il ne faut pas oublier que les frais de la ville sont en hausse perpétuelle, que ce soit les hausse de salaire des employés municipaux, la hausse des matériaux essentiels pour l’entretien des rues, des bâtiments municipaux etc…D’après mes recherches, la ville ne peut pas développer de nouvelles rues avec les services aqueduc et égouts sur certains immenses terrains vacants encore existants (règlement provincial oblige) je ne vois qu’une solution réaliste à ce manque d’argent potentiel : augmenter mon compte de taxes municipales.

Longueuil
Longueuil
1 mois

C’est dégueulasse. Remplacer des maisons par des maudits duplex et appartements dégueulasses. Ça détruit des quartiers. Ça prend des réglementations qui vont avoir pour effet de construction PLUS DE MAISONS UNIFAMILIALES.

trackback
Urbanisme et maisons unifamiliales : les consultations sur les modifications réglementaires en cours - Le Courrier du Sud
8 jours

[…] La Ville a entrepris à la fin novembre de revoir certaines dispositions de sa réglementation en ma…, touchant entre autres les marges, les allées d’accès, les cases de stationnement et la hauteur des constructions unifamiliales, bifamiliales, et trifamilales. […]