Actualités

Moratoire sur le déversement d’eaux usées dans le fleuve

mercredi le 30 septembre 2015
Modifié à 0 h 00 min le 30 septembre 2015
Par

Le maire de Montréal, Denis Coderre, a demandé de suspendre pendant «une journée ou deux» la décision de déverser près de 8 milliards de litres d’eau usées dans le fleuve Saint-Laurent.

La Ville souhaite ainsi «réévaluer la décision pour s’assurer que l’analyse qui avait été faite est la bonne», a indiqué le président du comité exécutif, Pierre Desrochers, mercredi, au nom du maire actuellement en voyage d’affaires à New-York.

La Ville de Montréal avait maintenu, plus tôt cette semaine, qu’elle n’avait pas le choix de déverser pendant sept jours consécutifs des eaux domestiques usées directement dans le fleuve afin de pouvoir construire une chute à neige dans le cadre du projet Bonaventure, ce qui représente un total de 8 milliards de litres d’eau usées.

Entre les 18 et 25 octobre, toutes les eaux non traitées qui sont habituellement acheminées à l’usine d’épuration par le collecteur sud-est devaient plutôt être déversées dans le Saint-Laurent, entre LaSalle et Rivière-des-Prairies, avec un débit de 13 mètres cubes par seconde.

«Ce n’est pas possible de dériver l’eau, avait expliqué Philippe Sabourin, porte-parole de la Ville de Montréal à TC Média. Il n’y a pas de structures aussi grosses adjacentes».

Une chute à neige reliée au collecteur se trouve sous l’autoroute Bonaventure. Avec la mise au sol de la route, la Ville doit construire une nouvelle chute. Ce travail ne peut se faire avec le collecteur en usage. «Il faut travailler à sec», soulignait Philippe Sabourin.

«Ça me fait mal au cœur, mais il s’agit d’une situation exceptionnelle de dernier recours, parce qu’il n’y a rien d’autre que nous pouvons faire afin d’éviter ces déversements», affirmait la responsable de l’eau et des infrastructures de l’eau au comité exécutif de la Ville, Chantal Rouleau.

Connectez-vous afin de pouvoir ajouter des commentaires

Connectez-vous