Les jeunes et la culture

Les jeunes et la culture

Thérèse David a contribué

J’enseigne depuis 11 ans à l’UQAM, le cours Stratégies de mise en marché, de promotion et de diffusion dans les domaines des communications et de la culture, dans le programme Stratégie de production culturelle et médiatique de la Faculté de communications. Comme vous pouvez le constater, les mots «culture» et «médias» sont bien identifiés dans les deux énoncés.

Au premier cours de la session, j’explique aux étudiants que les communications sont le moteur de l’univers culturel. Elles sont plus présentes et plus importantes que jamais. La mise en marché d’un produit culturel est la pierre angulaire de ce produit. Donc, les futurs travailleurs culturels ne seront pas en reste pour trouver du boulot, s’ils se donnent la peine de travailler avec passion.

Par contre, ce qui est un désolant, c’est le peu de connaissances générales que possède la génération des 20 ans. Il y a deux semaines, j’ai fait un quiz d’actualité culturelle avec mes nouveaux étudiants, au nombre de 150. Des questions aussi simples que: «De quel célèbre parolier québécois mondialement connu, parle-t-on actuellement à travers un hommage sur une scène Montréalaise?» Ou alors: «Quel écrivain québécois a été admis à l’Académie française au printemps dernier?» «Nommez le titre du film québécois (comédie dramatique) qui a fait tout un tabac au box-office cet été?» «Deux œuvres d’art public ont été très controversées et commentées cet été. De quelles œuvres parle-t-on?»

En général, pas plus de 40% des étudiants connaissaient les réponses. Et même à la question: «Quelle photo la plus médiatisée de la planète, a été "cataloguée" comme la "photo de la honte"?» Le taux de réponses positives n’a pas dépassé les 65-70%… Préoccupant…

De leur faute? Je ne crois pas. De notre faute? Oui, très certainement. Collectivement, nous devons être les porteurs de la transmission du savoir culturel. C’est un enjeu de société. Collectivement, nous avons la responsabilité d’entourer nos jeunes d’une atmosphère de curiosité culturelle et intellectuelle. Nous devons faire vivre à la génération qui nous suit des expériences enrichissantes. Nous avons le mandat de parler avec eux  de ce qui se passe quotidiennement sur la planète culture et sur la planète tout court.

Donnons-nous le défi de la transmission des connaissances, c’est ainsi que nous pourrons demeurer fiers de notre identité.

Thérèse David

www.theresedavid.ca

 

Commenter cet article

avatar