Protégeons le parc Michel-Chartrand

Protégeons le parc Michel-Chartrand

Crédit photo : Ville de Longueuil

Alors que le spectacle de la fête nationale à Longueuil se tiendra au parc Michel-Chartrand en 2019, certaines inquiétudes ont été soulevées par des citoyens inquiets des impacts sur le parc.

À lire aussi: Fête nationale: les Amis du parc Michel-Chartrand s’inquiètent

Le parc est bien entendu l’un de nos joyaux, mais l’avons-nous tenu pour acquis au fil des ans? La vérité, c’est que le parc-nature de tous les citoyens de Longueuil est loin d’être au sommet de sa forme: agrile du frêne, surpopulation de cerfs de Virginie, plantes envahissantes… Le parc subit de nombreux stress qui diminuent lentement mais sûrement sa couverture végétale. Il est maintenant clair que la régénération naturelle du parc ne suffit plus. Son avenir est devenu une responsabilité partagée de la Ville et des citoyens.

Une résistance s’organise depuis plusieurs années autour de nombreuses solutions. Là-dessus, il faut remercier les efforts constants des dizaines de citoyens bénévoles qui oeuvrent à la préservation du parc, avec l’appui de la Ville. Malgré tout, la régénération des sous-bois demeure insuffisante pour la préservation de certains espaces boisés. De plus, l’équilibre entre les activités récréatives intensives et les stratégies de conservation de la faune et de la flore locale peuvent être complexes à concilier.

Il faut cesser de tenir le parc pour acquis

Pour la Ville, ça implique d’assumer un leadership et d’appuyer les initiatives de préservation. Le plan directeur des parcs-nature est attendu depuis 2015. Il est temps de se doter d’une vision d’ensemble pour le parc et de cesser de prendre des décisions à la pièce.

Comme citoyens, nous devons continuer de nous montrer sensibles aux impacts de leurs activités sur cet écosystème fragilisé. Encore aujourd’hui, des marcheurs sortent des sentiers balisés ou nourrissent les animaux sauvages, deux comportements qui nuisent à la régénération de la forêt.

Nous devons, ensemble, trouver l’équilibre viable entre les aires de préservation et les grands rassemblements. Avant qu’une décision définitive soit prise pour l’avenir de la fête nationale au parc Michel-Chartrand, nous devrions d’abord nous doter d’une vision commune du parc que nous voulons léguer aux générations futures. Dans un souci de cohérence, il importe d’évaluer l’impact qu’on eut les foules sur la santé du parc lors des derniers grands évènements récréatifs et culturels.

Jonathan Tabarah, conseiller du disctrict Parc Michel-Chartrand

2
Commenter cet article

avatar
2 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
alain lavalléeLine bienvenue Recent comment authors
Line bienvenue
Invité
Line bienvenue

Un parc que l’on désire protéger n’est certainement pas le bon endroit pour une célébration tel que la fête nationale. On ne peut pas empêcher les gens de consommer, piétiner le nouvel aménagent fraîchement refait à coût de centaine de millions $$$, sans compter l’effet sur la faune. Il y a sûrement d’autres endroits pour fêter à moindre risque pour l’environnement.

alain lavallée
Invité
alain lavallée

Le lieu où est situé l’actuel parc Michel-Chartrand peut fort bien être considéré comme un parc-nature, mais il ne faut pas toutefois nier la réalité. Cela fait des siècles qu’il est aussi et surtout un habitat culturel. C’est-à-dire que les humains l’ont marqué de leur présence. Il est donc à la fois un lieu où il y a de la nature, mais marquée par la culture , par la présence de l’humain. Il est aujourd’hui un parc destiné à l’art (monument Solidarité ) , aux loisirs en tout genre (parc enfant), aux loisirs sportifs et récréatifs (marche, ski, glissade, jogging,… Read more »