Opinions – Réplique à la conseillère municipale Colette Éthier

Opinions – Réplique à la conseillère municipale Colette Éthier
(Photo : Archives - Le Courrier du Sud)

En réponse à la lettre ouverte de Colette Éthier

Madame Éthier,

Le RAPLIQ est un organisme qui appuie et accompagne les personnes en situation de handicap, victimes de discrimination à défendre et revendiquer leurs droits et à en faire la promotion, et ce, en visant l’éradication de cette discrimination trop souvent faite à leur égard.

Permettez-nous une réponse à votre position concernant l’octroi de contrats de déneigement d’un seul côté de trottoir sur les rues locales.

La seule prémisse justifiant cette décision: les trottoirs des rues locales sont mal déneigés. Je note qu’il est quand même étonnant de constater que les trottoirs des artères commerciales et boulevards soient bien déneigés. Mais les rues locales, non !

Je suis franchement surpris qu’une femme au parcours tel que le vôtre accepte et se porte à la défense d’un tel contrat.

Le concept de discrimination fondé sur le handicap semble vous échapper.

Vous prétendez que la plupart des grandes villes du Québec fonctionnent de cette façon. Nous vous serions gré d’ajouter des noms de ville à votre argumentaire. Au meilleur de notre connaissance, aucune ville de la taille de Longueuil ne procède ainsi.

Bref, comme il n’existe aucune garantie que le déneigement d’un seul côté de trottoir améliorera la qualité du déneigement, vous traitez donc vos citoyens comme des cobayes. Il ne s’agit ni plus ni moins que d’une expérience que vous cautionnez au dépend de vos concitoyen.es.

Vous n’êtes pas sans savoir que celles et ceux qui souffriront le plus de cette nouvelle réalité sont les personnes handicapées, à mobilité réduite, les personnes d’un certain âge aux pas moins agiles et aux forces diminuées et aux familles avec de jeunes enfants trimballant enfants et poussettes.

Vous dites aussi à de jeunes enfants qui doivent se rendre à l’école à pied d’utiliser la rue ou de traverser la rue pour se rendre sur l’autre trottoir. Leur permettre une telle action compromet grandement leur sécurité. Avez-vous des enfants Madame Éthier ?

Avez-vous seulement pensé aux ambulanciers qui devront enjamber les trottoirs enneigés, les pompiers et autres services d’urgence ?  Les avez-vous seulement consultés ?

C’est trop simple de dire que les options offertes par le Comité exécutif sont limitées. Votre devoir de conseillère, ainsi qu’à toutes et tous vos collègues du Conseil municipal est d’assurer la sécurité de vos commettants.

Je vous invite aussi à lire les articles 1, 10 et 15 de la Charte québécoise des droits et libertés.

Ce n’est pas aux entrepreneurs en déneigement à décider si le déneigement est bien fait. Il faut établir des objectifs de rendement et des pénalités conséquentes.

Nous n’en sommes pas à nos premiers hivers et pourtant, en prenant connaissance de cette saga, nous pourrions penser qu’il s’agit d’un phénomène récent auquel il est impossible d’arrimer les services municipaux de base.

Il vous est interdit de mettre en jeu la sécurité de vos citoyen.nes et nous, du RAPLIQ, nous attendons à ce que vous vous gouverniez en conséquence.

Dans le cas contraire, nous serons présents pour porter aux autorités compétentes les doléances de vos commettants.

Steven Laperrière

Directeur général

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des