Osheaga: envahissement sonore

Osheaga: envahissement sonore
(Photo : Archives - Le Courrier du Sud)

Vers 14h, vendredi 2 août, dans mon unité de logement situé en face de la 132, près du pont Jacques-Cartier, je perçois des vibrations agaçantes dont la signature est musicale. C’est le festival Osheaga qui est commencé.

Ça m’achale toujours un peu, cette intrusion vibratoire dans ma sphère qui devrait être privée et autant que possible coupée du dehors (je précise que mes fenêtres étaient fermées).

Vers 16h, je fais une promenade avec mon amie au parc Michel-Chartrand. Au travers le bruissement des feuilles dans les arbres, nous percevons un petit ronronnement rythmique dont l’origine est sûrement le site d’Osheaga, soit selon mon estimation à 5 km à vol d’oiseau.

Dans une émission de radio, un animateur habitant le Vieux-Longueuil disait percevoir les sons d’Osheaga. Dans la même émission, il était indiqué que ces sons étaient même perceptibles au Stade olympique.

Il me semble que ce n’est pas normal qu’une activité dans un parc, celui de Jean-Drapeau, puisse s’inviter un peu partout, notamment dans un autre parc où, idéalement, seuls les sons de la nature devraient régner.

Il n’y a pas seulement Osheaga; plusieurs autres activités musicales dans le parc Jean-Drapeau produisent les mêmes effets sonores indésirables.

Florian Péloquin

Partager cet article

3
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
2 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
BoucquiGeneviève MichaudSimon Pierre Lacaille Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Simon Pierre Lacaille
Guest
Simon Pierre Lacaille

On peut remercier ces articles originaux et intelligents pour le déclin du Courrier du Sud. Incompétence journalistique caché derrière une tentative de français soutenu.

Geneviève Michaud
Admin

M. Lacaille,

Il s’agit d’une lettre ouverte d’un lecteur, publiée dans notre section Opinion, et non d’un article produit par un de nos journalistes.

Boucqui
Guest
Boucqui

On ne s’excuse pas trop rapidement…… Mais les ignares sont ainsi.