Oui au confinement, mais non sans aide aux entreprises, dit le milieu économique

Photo de Ali Dostie
Par Ali Dostie
Oui au confinement, mais non sans aide aux entreprises, dit le milieu économique
(Photo : Archives - Le Courrier du Sud)

La Chambre de commerce et d’industrie de la Rive-Sud (CCIRS) soutient et dit comprendre la nécessité des nouvelles règles de confinement annoncées par le gouvernement Legault le 6 janvier, tant que les programmes d’aides aux entreprises demeurent disponibles. Ce deuxième confinement d’un mois leur portera un autre dur coup.

«Les entrepreneurs ont jusqu’ici fait preuve d’audace et de résilience en transformant leurs façons de faire et leur environnement. Nous avons pu observer au cours des derniers mois la capacité de nos membres à performer, malgré le contexte difficile dans lequel ils doivent opérer», mentionne le président de la CCIRS Alain Chevrier.

M. Chevrier a bon espoir que le processus de vaccination parvienne à protéger les personnes les plus vulnérables d’ici le début du mois de février.

«Lorsque cela sera chose faite, il est à prévoir que les mesures de confinement seront considérablement assouplies. Faisons donc un dernier effort afin de pouvoir, par la suite, relancer définitivement nos entreprises», invite-t-il.

Rappelons que tous les commerces non essentiels demeurent fermés jusqu’au 8 février. Le secteur manufacturier et la construction doivent réduire leurs activités aux opérations jugées essentielles.

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) a abondé dans le même sens. Elle souligne l’ouverture du gouvernement à maintenir certaines activités économiques, notamment pour les opérations essentielles du secteur manufacturier et de la construction.

Elle demande toutefois d’un même souffle que l’une des deux grandes priorités du gouvernement, en plus du déploiement d’un plan de vaccination efficace, soit de s’assurer que les aides de soutien aux entreprises soient les plus directes et les plus efficaces possible.

Commerces de détail

L’autorisation donnée à tous les commerçants de faire la collecte sans contact a été saluée par le Conseil canadien du commerce de détail.

«Cette mesure donnera assurément un peu d’air à des détaillants dits «non essentiels» qui continuent de traverser une période extrêmement difficile. Nous espérons que cela incitera les consommateurs à faire leurs achats chez les détaillants de leur région», relève Marc Fortin, président du CCCD-Québec.

Le CCCD assure par ailleurs que les détaillants en alimentation sont prêts à faire face à la demande. Il demande aux Québécois «de faire preuve de civisme, de compréhension et de patience auprès des employés ainsi que des autres clients», alors que les heures d’ouverture des épiceries seront réduites en raison du couvre-feu.

«Nous demandons au Québécois de revenir à leurs habitudes printanières. Déléguez une personne par foyer pour faire les courses, soyez prévoyant pour ne vous déplacer que lorsque nécessaire et faites preuve de patience», demande M. Fortin.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires