Pascale Ferrier demeure détenue

Photo de Ali Dostie
Par Ali Dostie
Pascale Ferrier demeure détenue
Une perquisition a eu lieu en septembre au domicile de Pascale Ferrier. (Photo : Le Courrier du Sud - Ali Dostie)

La deuxième demande de Pascale Ferrier d’être libérée sous condition avant son procès a été refusée. La résidente de l’arr. de Saint-Hubert qui avait envoyée des lettres contenant de la ricine à la Maison-Blanche, lettres destinées Donald Trump, puis à des membres des forces de l’ordre américaines, serait trop dangereuse pour être libérée, apprend-t-on dans La Presse+.

La juge Robin M. Meriweather estime qu’elle représente «une menace sérieuse au président et à la sécurité nationale», selon une décision rendue le 31 décembre et révélée par le média montréalais ce 5 janvier.

Selon la juge, la lettre de menace, qui demandait à Trump de retirer sa candidature aux élections, laisse croire que ce dernier pourrait encore être en danger.

«Même si la possession d’une arme par Mme Ferrier était possiblement légale, il est très inquiétant qu’elle ait été détenue dans les jours suivant la réception de la lettre à la Maison-Blanche, alors qu’elle était en route pour les États-Unis, avec une arme à feu chargée», dit le jugement.

Mme Ferrier est accusée d’avoir envoyé des lettres empoisonnées à la Maison-Blanche ainsi qu’à deux shérifs, un chef de police municipale et trois gardiennes de prison du Texas, où Pascale Ferrier avait été détenue en 2019, détaille l’article de La Presse+.

En plus de l’accusation de menaces de mort contre le président, 16 autres accusations se sont ajoutées contre Ferrier en décembre dernier.

Détenue aux États-Unis, la femme de 53 ans a été arrêtée à la frontière de Buffalo en septembre. Une importante perquisition avait été menée à son domicile après son arrestation.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires