PHOTOS ET VIDÉO – Saint-Lambert exaspérée par un promoteur qui ne respecte pas les règles

Photo de Geneviève Michaud
Par Geneviève Michaud
PHOTOS ET VIDÉO – Saint-Lambert exaspérée par un promoteur qui ne respecte pas les règles
Le Quartier Victoria est formé de quatre immeubles de huit étages et d’un de deux étages, totalisant un peu plus de 400 unités de logement. (Photo : Le Courrier du Sud - Geneviève Michaud)

Des dizaines d’infractions à la réglementation, plus d’une centaine d’anomalies de construction, l’usage non conforme d’une des bâtisses et un mur de protection qui ne voit plus l’heure d’être construit… Exaspérée par les problèmes du Quartier Victoria et le peu de collaboration du promoteur Habitations Trigone, la Ville de Saint-Lambert se tourne vers les tribunaux.

Le 14 septembre, le conseil municipal a mandaté le cabinet Morency afin qu’il entame des procédures judiciaires contre le Quartier Victoria et Trigone pour des manquements à la réglementation municipale.

À LIRE AUSSI : Habitations Trigone assure que le projet respecte les règles

Selon la Ville, le projet, tel que construit et utilisé depuis 2014, enfreint plusieurs règlements d’urbanisme, dont un nombre insuffisant de cases de stationnement pour les visiteurs, pour les personnes handicapées et pour les vélos; un aménagement paysager jamais entamé ou complété; et le non-respect de différentes conditions du Plan d’implantation et d’intégration architecturale.

Le projet comporte un nombre insuffisant de cases de stationnement. (Photo : Le Courrier du Sud – Geneviève Michaud)

La tour n°2, située au 60, rue Cartier, ne respecte par ailleurs pas l’usage prévu. Le permis de construction octroyé par la Ville prévoit une habitation multifamiliale de type centre d’hébergement et de soins de longue durée et doit donc suivre des normes particulières, entre autres quant au nombre d’espaces de stationnement pour visiteurs et pour handicapés.

Or, le projet Viva Cité installé dans la tour n°2, bien que vendu comme un concept tout inclus pour les 50 ans et plus, est un bâtiment d’usage résidentiel qui n’est pas réservé aux aînés et qui ne respecte pas les normes spécifiques du permis.

Selon un rapport d’architecte, le Quartier Victoria présenterait 160 anomalies de construction, sans compter le mur de protection toujours inexistant entre le projet et la voie ferrée, de même qu’une passerelle piétonne souterraine pour accéder au centre-ville qui n’a jamais été construite.

Plusieurs rencontres ont eu lieu entre la Ville et le promoteur par le passé, mais les corrections demandées n’ont jamais été apportées.

«Ça suffit!»

«On n’avait plus le choix, indiquait le maire Pierre Brodeur au Courrier du Sud, à la fin du mois de septembre. On essaie toujours d’éviter les procédures judiciaires, mais c’est un peu comme le tango : ça se joue à deux. On a laissé la chance au coureur un bon bout de temps mais là, on a fait ce qu’il fallait.»

«On tournait en rond et là on a dit : ça suffit!»

– France Désaulniers

«Les discussions ne menaient à rien avec Trigone, indiquait quant à elle la conseillère municipale du district France Désaulniers. Il y a un enjeu de sécurité, à la fois pour les citoyens et pour les résidents, mais aussi un message à passer aux promoteurs qu’ils doivent respecter les permis émis; ce sont les règles du jeu.»

Le mur de la discorde

Au centre des nombreux manquements reprochés à Trigone et au projet Quartier Victoria se trouve le fameux mur anticollision devant protéger les résidents en cas de déraillement de train, mur qui n’a toujours pas été construit ni même entamé. Une protection jugée d’autant plus nécessaire par les résidents depuis la tragédie de Lac-Mégantic, alors que près de 40 convois dans lesquels se trouvent des wagons-citernes circulent chaque jour sur le tronçon ferroviaire à l’arrière du projet.

Lors d’une entente hors cour signée par Habitations Trigone le 5 février 2018, l’entrepreneur s’engageait à construire le mur de sécurité dans les 12 mois suivants. Le CN, qui bénéficie d’un droit de regard sur les plans et les travaux, s’engageait en contrepartie à rembourser la moitié des coûts de construction. Selon les plans de la firme de génie civil Maccaferri qui accompagnent l’entente, la construction du mur était alors évaluée à près de 900 000$.

«Ce mur-là va être construit sans faute, mais il y a des petits détails à peaufiner», expliquait la directrice adjointe de Trigone Stéphanie Cocozza à TVA Nouvelles en juillet 2019, près de 6 mois après la date limite de construction.

Le lendemain de la diffusion du reportage, des employés étaient présents sur les lieux et auraient enlevé environ 150 pieds de la clôture qui sépare le projet de la voie ferrée. Depuis, aucune trace de ces employés et une ouverture béante dans la clôture, que certaines personnes emprunteraient pour traverser la voie ferrée.

L’ouverture béante dans la clôture séparant le Quartier Victoria de la voie ferrée (Photo : Le Courrier du Sud – Geneviève Michaud)

Trop peu de dégagement

Pourtant, dès février 2013, dans une lettre adressée à l’actuel directeur général de la Ville Georges Pichet, à l’époque directeur de la gestion du territoire, le CN exprimait ses préoccupations en lien avec le projet.

La compagnie de transport ferroviaire soulignait entre autres la marge de seulement 9 à 10 mètres entre les bâtiments et l’emprise du CN, alors qu’elle en recommande une de 30 mètres, incluant un monticule de 2,5 mètres et un mur antibruit de 3 mètres. Le CN suggérait alors à Trigone de réduire la marge avant des immeubles, qui a entre 17 à 26 mètres, afin d’augmenter le dégagement avec la voie ferrée. Des modifications qui auraient été refusées par le promoteur sous prétexte qu’elles s’accompagnaient de coûts trop élevés.

À LIRE AUSSI : Quartier Victoria : une enquête pour comprendre et prévenir

La Ville aurait quant à elle indiqué au CN que les marges de 9 à 10 mètres incluses dans les plans de l’entrepreneur respectaient les dispositions de son règlement de zonage, qui n’exige que des marges de 6 mètres.

Le terrain sur lequel se trouve le Quartier Victoria a été vendu à Habitations Trigone par le CN en septembre 2012. La première pelletée de terre a eu lieu en février 2013, pour la construction de la première bâtisse. Le permis de construction du 740, rue Victoria n’a cependant été émis que le 9 janvier 2017, soit presque 4 ans plus tard et 3 ½ ans après la tragédie du Lac-Mégantic, survenue le 6 juillet 2013.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
3 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Serge Gracovetsky
Serge Gracovetsky
6 mois

Avant qu’un immeuble locatif soit jugé propre à une utilisation, il doit recevoir un certificat d’utilisation. Ce certificat s’assure que les exigences posées par la ville au promoteur soient respectées. Par exemple, le nombre de places de parking etc.
Question # 1 – Il est clairement écris dans la codification administrative de VSL 2008-46 article 7 qu’ « aucun immeuble ne peut être occupé sans l’obtention préalable d’un certificat d’utilisation ».
Qui a permis l’occupation des buildings alors qu’ils n’étaient pas conformes et pour qu’elles raisons.
Question # 2 – Pourquoi la ville n’-a-t-elle pas exigé du promoteur des pénalisations pour manquement à ses devoirs avec des garanties financières sévères avant d’approuver le projet. Car nous nous trouvons aujourd’hui pris dans une mauvaise situation étant donné que Trigone n’est qu’une coquille vide.
Ne serait-il pas temps que le conseil ordonne une revue du travail du DG et prennent des décisions conformes aux résultats avant que le développement de St Charles ne nous conduise à une nouvelle catastrophe financière ?

Pierre Sénécal
Pierre Sénécal
6 mois
Répondre à  Serge Gracovetsky

Le désastre du Quartier Victoria n’est pas sans nous rappeler le fiasco entourant la « restauration » de l’ancienne église anglicane à l’intersection de Elm et de Lorne à Saint-Lambert. Le promoteur immobilier en est à sa sixième version à soumettre au Comité consultatif d’urbanisme de la Ville de Saint-Lambert et les propriétaires avoisinants ne sont pas d’accord avec les nouvelles modifications. Que faut-il de plus pour que le gouvernement du Québec se décide à mettre la Ville de Saint-Lambert sous tutelle?

Car
Car
6 mois

Encore Trigone