Opinion

Pour un réseau public en santé : de la parole aux actes

jeudi le 28 octobre 2021
Modifié à 0 h 00 min le 28 octobre 2021
Par

(Photo : Le Courrier du Sud - Archives)

Dans la foulée des récentes annonces ministérielles, nous, 16 présidents-directeurs généraux d’établissements de santé et de services sociaux du Grand Montréal et des deux rives, et l’Association des établissements privés conventionnés, nous engageons à prendre ensemble les mesures nécessaires pour transformer certaines façons de faire, et ce, dans l’intérêt de notre personnel, de nos usagers et de leurs proches.

Nous désirons créer des environnements de travail stimulants pour le personnel du réseau public, lui offrir des conditions d’exercice saines et lui assurer une meilleure conciliation travail-vie personnelle. Par nos actions, nous souhaitons lui redonner confiance et convaincre ceux et celles qui ont quitté à réintégrer le réseau public.

En cohérence avec les mesures annoncées, nous nous engageons à éliminer le recours à la main-d’oeuvre indépendante dans une démarche concertée, en commençant par le personnel des soins infirmiers et des soins cardio-respiratoires.

Nos engagements

• À compter du 1er novembre 2021 (sauf exceptions spécifiquement prévues au plan), nos 17 institutions ne formeront plus de nouvelles infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes en provenance d’agences privées.

• Les quarts de travail plus favorables seront réservés au personnel des soins infirmiers et soins cardiorespiratoires du réseau public.

• Le renouvellement ou la signature gré à gré de nouveaux contrats avec les agences privées cesseront.

• Un processus d’embauche accéléré permettra une réintégration plus rapide lors d’un salon de l’emploi virtuel conjoint 514-450.

Nos actions seront guidées par ces principes :

• La sécurité des usagers demeure notre priorité et aucun compromis ne sera fait en ce sens.

• La solidarité entre établissements est une des valeurs clés pour la réussite de cette initiative jamais entreprise auparavant.

• Le désir est d’offrir au personnel des conditions d’exercice professionnel optimales et de valoriser son expertise.

En redonnant au personnel de soins la reconnaissance et les conditions qu’il mérite, nous sommes confiants de poursuivre la consolidation d’un réseau public fort, accessible et sécuritaire pour tous.

Maryse Poupart, CISSS de Lanaudière
Rosemonde Landry, CISSS des Laurentides
Christian Gagné, CISSS de Laval
Richard Deschamps, CISSS de la Montérégie-Centre
Louise Potvin, CISSS de la Montérégie-Est
Philippe Gribeauval, CISSS de la Montérégie-Ouest
Lawrence Rosenberg, CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal
Sonia Bélanger, CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal
Sylvain Lemieux, CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal
Frédéric Abergel, CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal
Lynne McVey, CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal
Fabrice Brunet, Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM)
Caroline Barbir, Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine
Pierre Gfeller, Centre universitaire de santé McGill (CUSM)
Mélanie La Couture, Institut de Cardiologie de Montréal (ICM)
Manon Boily, Institut national de psychiatrie légale Philippe-Pinel
Jean Nadon, président, Association des établissements privés conventionnés

Connectez-vous afin de pouvoir ajouter des commentaires

Connectez-vous