Qualité de l’air à Longueuil

Dans un article du Courrier du Sud daté du 23 octobre 2018 dont le titre était Les efforts de Longueuil dans la lutte aux changements climatiques reconnus, on pouvait lire «La Ville de Longueuil a reçu le 26 septembre une reconnaissance dans le cadre du programme Partenaires dans la protection du climat de la Fédération canadienne des municipalités (FCM) et de l’ICLEI – Gouvernements locaux pour le développement durable, coordonné par Réseau Environnement et l’Association québécoise pour la maîtrise de l’énergie».

Pourtant, je ne constate pas de changement majeur au chapitre de la qualité de l’air à Longueuil; même que depuis le 24 novembre, une odeur âcre de fumée plane dans mon quartier, comme à tous les hivers: celle provenant des feux de foyers aux bois qui, conformes ou pas, continuent à contribuer allègrement au réchauffement climatique et à l’émission de particules fines toxiques.

De quels efforts est-il question? Mystère. Peut-être s’agit-il du camion électrique que j’ai vu branché bien à la vue à l’hôtel de ville? Fait-il parti d’une flotte de camions électriques? Est-il unique? Peut-être l’agrandissement des installations de l’aéroport en vue de l’augmentation prévue des vols de plus gros avions contribuera à l’assainissement de l’air? Mystère…

Après l’avertissement de l’ONU qui dit qu’à moins d’un changement drastique dans nos habitudes, nous ne pourrons pas éviter une catastrophe climatique, que fait ou fera la Ville de Longueuil pour l’éviter? Mystère…

Ce n’est plus le temps d’en parler et de faire des programmes pas à pas sur le long terme, c’est une urgence climatique, pensons et agissons maintenant pour l’avenir des enfants.

Yvan Robillard

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Florian Péloqui n Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Florian Péloqui n
Guest
Florian Péloqui n

En ce qui a trait aux feux de bois domestiques, à ma connaissance, ils ne participeraient au réchauffement climatique que si le bois brûlé n’est pas remplacé par de nouveaux arbres. Je ne pense pas que le bois utilisé pour la combustion à Longueuil contribue à un déboisement sauvage. Toutefois, monsieur Robillard a raison d’écrire que la combustion du bois affecte la qualité de l’air et de ce fait nuit à la santé de tous les citoyens. Même les appareils conformes au règlement québécois (qui est aligné sur les dispositions du règlement de l’United States Environmental Protection Agency) polluent encore… Lire la suite »