Qui était l’homme qui a donné son nom au boulevard Vauquelin ?

Qui était l’homme qui a donné son nom au boulevard Vauquelin ?
La statue de Jean Vauquelin, oeuvre d'Eugène Benet, trône à la place Vauquelin, dans le Vieux-Montréal (Photo : Jean Gagnon - Wikimedia Commons)

Jean Vauquelin (1728-1772), capitaine au long cours, commanda le port de Québec en 1759 et s’illustra à bord de l’Atalante pendant la guerre de 1760 dans les eaux du Saint-Laurent.

Né en février 1728 à Dieppe, Jean Vauquelin commence à naviguer très jeune avec son père, capitaine de la marine marchande. Après avoir servi d’officier sur une frégate armée en course pendant la guerre de Succession d’Autriche (1740-1748), il devient à son tour capitaine de la marine marchande aux alentours de 1750. Il effectue 21 campagnes avant d’être recruté par le commandant de la marine au Havre pour servir comme officier bleu – officier qui n’est pas issu de la noblesse – , au début de la guerre de Sept Ans (1756-1763). Il entre dans la Marine royale en février 1758, comme lieutenant de frégate, et est envoyé au Canada, où il prendra part à différents combats comme commandant des frégates Aréthuse, Atalante et Pomone, entre autres.

Après avoir été rapidement libéré par les Anglais qui l’avaient fait prisonnier en mai 1760, Vauquelin rentre en France et, grâce à ses états de service, est promu capitaine de brûlot en pied – un navire chargé d’explosifs ou de matériaux inflammables qui était lancé sur les vaisseaux ennemis pour les incendier – en novembre 1761, puis lieutenant de vaisseau en octobre 1764. De 1764 à 1772, il procède à diverses expéditions dans l’océan Indien.

Il tombe malade en août 1772 et meurt trois mois plus tard, à Rochefort. Certains prétendent qu’il aurait été assassiné.

Plusieurs hommages ont été rendus à Jean Vauquelin, outre le boulevard qui chevauche les arrondissements de Saint-Hubert et du Vieux-Longueuil qui porte son nom: la place Vauquelin, à Montréal; une rue à Dieppe; un contre-torpilleur de la marine nationale française (1933-1942); un escorteur d’escadre de la marine nationale française (1955-1986); et une rue longeant le fleuve Saint-Laurent ainsi qu’un club nautique à Neuville.

(Sources: Relevé toponymique de Saint-Hubert et Wikipedia)

Partager cet article

2
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
Geneviève Michaudrdignard Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
rdignard
Guest
rdignard

…15 ième ligne: au Havre et non au Harve.

Geneviève Michaud
Admin

Merci; la faute de frappe a été corrigée.