REM: des obligations vertes sont désormais disponibles pour les particuliers

REM: des obligations vertes sont désormais disponibles pour les particuliers

Crédit photo : Photo: Gracieuseté

Les particuliers peuvent depuis le 12 juillet se procurer des obligations vertes qui contribuent au financement du Réseau express métropolitain (REM).

Un bloc de près de 100 M$ d’obligations vertes est désormais disponible via Épargne placements Québec, révélait récemment Radio-Canada.

Ces obligations s’ajoutent aux trois tranches d’obligations vertes de 500 M$ destinées aux investisseurs institutionnels; une campagne de financement servant à l’achat de trains AZUR et d’autobus hybrides pour la Société de transport de Montréal ainsi qu’au financement du projet du REM.

À la fin juin, le ministère des Finances avait annoncé la troisième émission d’obligations vertes qui, tout comme les deux premières émissions, avait suscité l’intérêt d’investisseurs étrangers.

Les obligations vertes permettent de financer des projets entraînant des bénéfices en matière de protection de l’environnement, de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) ou d’adaptation aux changements climatiques.

«Depuis la première émission en février 2017, les obligations vertes connaissent un succès retentissant et permettent au gouvernement de diversifier ses sources de financement tout en contribuant à développer un marché pour les investissements socialement responsables, a signifié le ministre des Finances Carlos J. Leitão. Le projet de REM cadre parfaitement dans notre programme d’obligations vertes.»

Québec investit 1,28 G$ dans le REM, sous forme d’équité, notamment financée par l’émission d’obligations vertes.

Sur une période de 25 ans, ce projet de transport collectif de 6,3 G$ se déployant sur 67 km se traduira en une diminution de près de 680 000 tonnes de GES. (A.D.)

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Neil Whitehouse Recent comment authors
Neil Whitehouse
Invité
Neil Whitehouse

How can a project that encourages urban sprawl and destruction of what natural space remains on MOntreal, be ever thought of as green? How can the choice of concrete and creation of new stations where no one lives and will get there by driving be called green? Green washing yes.