Saumon chinook capté sur le vif

Par Valérie Gagnon
Saumon chinook capté sur le vif
(Photo : Gracieuseté - Lucie Pépin)

La Société de Conservation et d’aménagement des bassins versants de la zone Châteauguay a récemment partagé sur son compte Facebook un cliché d’un saumon chinook capturé dans la rivière Châteauguay à Sainte-Martine. Est-ce que cette espèce niche dans ce cours d’eau?

L’espèce n’est pas recensée dans la rivière Châteauguay, indique Nicolas Bégin, porte-parole du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs. Des pêcheurs sportifs ont observé la présence de saumon chinook récemment et l’ont signalé au ministère, indique le porte-parole. « Sa présence est toutefois bien connue dans le lac Saint-Louis et dans le fleuve Saint-Laurent. […] Les poissons retrouvés dans la rivière Châteauguay ne font probablement pas partie d’une population résidente. Les informations connues ne permettent pas d’établir un nombre de poissons précis ni un ordre de grandeur », informe M. Bégin.
Résidente de Châteauguay, Lucie Pépin était de passage à la Halte du Domaine-de-la-Pêche-au-Saumon à Sainte-Martine en octobre l’an passé. Comme ce site est propice à l’observation d’oiseaux, beaucoup de photographes le fréquentent pour s’adonner au plaisir d’immortaliser différentes espèces vivantes en image. Mme Pépin fait de la photo pour le plaisir depuis 2015.


« J’étais au bord de l’eau! Le poisson remontait la rivière et est resté pris dans l’eau très peu profonde. J’ai donc demandé à un photographe d’aller le déprendre, moi je ne pouvais pas aller dans l’eau. Il est donc allé lui effleurer la queue, le forçant à se débattre et finalement le saumon a fait demi-tour et, en passant devant moi, je l’ai pris en photo », témoigne-t-elle.

Quelques données sur le saumon chinook

-Une espèce migratrice qui peut se déplacer sur de grandes distances.
-L’espèce est ensemencée dans les Grands Lacs depuis la fin des années 1800.
-Des spécimens sont régulièrement retrouvés dans le fleuve Saint-Laurent, notamment dans le secteur de Pointe-des-Cascades et sont associés à des dérives d’individus en provenance des Grands Lacs.
-Un nombre important d’entre eux a été ensemencé depuis 2013, ce qui peut expliquer la hausse des observations récentes et que davantage de rivières soient explorées par cette espèce migratrice.
-Aucun site de reproduction n’est confirmé pour le saumon chinook dans la portion québécoise du fleuve Saint-Laurent et de ses affluents.

(Source : Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec)

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des