Direction Hawaï pour la Max Team

Direction Hawaï pour la Max Team

Crédit photo : Gracieuseté

BILLARD. Après avoir pris part à un championnat mondial à Las Vegas en 2016, voilà que la Max Team devient la première équipe de billard québécoise à participer au réputé Aloha Challenge, qui aura lieu à Honolulu, à Hawaï, le 23 février.

Les organisations de billard du Canada et des États-Unis s’arrachent les 32 places pour le Aloha Challenge, un tournoi organisé par le penchant américain de la Canadian Poolplayers Association (CPA), l’American Poolplayers Association (APA). Pour la première fois, une ligue du Québec, la CPA Montérégie, peut y envoyer une équipe.

«La Max Team a joué dans la ligue pendant au moins une année, ce qui lui a donné le droit de participer à la ligue Aloha et de remporter le prix final, soit le tournoi à Hawaii», explique le président de la CPA Montérégie Pascal Guimond.

Quatre premiers
Bien que l’Aloha Challenge ne dure qu’une journée, l’équipe composée de huit membres issus de la même famille sera à Hawaï du 20 au 27 février. C’est qu’en plus de sa participation au tournoi, elle a remporté l’hébergement et le transport aller-retour en avion. Le rêve, quoi!

«On est très nerveux, très fébrile, mais on est déjà allé à Las Vegas donc le stress, on est capable de le gérer comme il faut», lance le capitaine de la Max Team André Gagnon.

À Vegas, l’équipe avait terminé au 33e rang sur 384 équipes. Cette fois, le tournoi accueille 32 équipes qui ont toutes dû gagner leur place.

«On aimerait finir dans les quatre premiers, dit M. Gagnon. Ça nous prend la chance et le talent.»

«Étant donné que c’est une famille, ils connaissent bien les forces et faiblesses de chacun, renchérit Pascal Guimond. Quand ton coéquipier joue, tu as le droit de lui donner un conseil par partie. Ils peuvent prendre avantage de ça; comme ils ont fait beaucoup de tournoi, ils ont beaucoup d’expérience et savent quel est le bon moment pour prendre un temps d’arrêt.»

«Il va falloir qu’ils s’adaptent aux conditions sur place, précise-t-il toutefois. Chaque fois qu’on arrive dans un nouvel endroit, il faut s’habituer aux tables.»

D’ici là, la Max Team s’entraîne à la salle de billard Maximum, dans l’arr. de Saint-Hubert, à raison de deux fois par semaine.

Le cycle du billard
Le billard est plutôt en vogue ces temps-ci. Selon les dires du président de la CPA Montérégie, il s’agit d’un sport dont la popularité est très cyclique.

«Ce sont des cycles de 20 à 30 ans, explique-t-il. On est dans une portion où ça remonte en popularité. Depuis le moment où on a démarré la ligue, il y a trois ans, on a amené de nouvelles personnes à s’intéresser au billard. Juste dans le cas de notre ligue, on est maintenant 400 membres.»

«La beauté du système avec la CPA, c’est qu’elle est ouverte à tout le monde, peu importe le calibre des joueurs, poursuit-il. Tout le monde va réussir à jouer, à faire des points pour son équipe et aura des chances de gagner même s’il est débutant.»

Passer du bon temps
En 2016, la CPA Montégérie comptait 14 équipes. Trois ans plus tard, elle en compte 80.

«On est toujours à la recherche de nouveaux joueurs, lance Pascal Guimond. S’il y a des gens intéressés par le billard, peu importe le calibre, ils peuvent me contacter et on essaiera de leur trouver une place pour jouer.»

Il insiste d’ailleurs sur l’importance de l’aspect social; l’objectif premier des joueurs de billard est généralement de passer un bon moment.

«On donne à monsieur et madame Tout-le-Monde qui ne pensait pas pouvoir jouer l’occasion de compétitionner, de se rencontrer et de socialiser tout en jouant au billard. Ça devient presque un prétexte, parce que la CPA est une ligue sociale avant tout», conclut-il.

Commenter cet article

avatar