Un exil en Californie pour pouvoir jouer au hockey

Photo de Michel Hersir
Par Michel Hersir
Un exil en Californie pour pouvoir jouer au hockey
Partir en Californie a permis à Théo Haley de jouer des matchs durant la saison 2020-2021.

Au cœur du mois de février, Théo Haley se préparait pour aller jouer au hockey, comme il le fait toutes les années depuis son enfance. Seul bémol cette fois : en sortant de chez lui, il a troqué le manteau d’hiver pour les lunettes fumées, les shorts et les sandales. Pour s’assurer de pouvoir jouer des matchs dans cette saison 2020-2021, le jeune natif de Brossard a dû quitter l’hiver froid du Québec pour l’hiver chaud de la Californie.

De retour au Québec, en train de vivre sa quarantaine, le jeune joueur de hockey explique son exil par un désir de ne pas perdre sa saison.

Car en temps normal, il aurait enfilé le chandail des Forts de Chambly, équipe de la Ligue de Hockey Junior AAA du Québec, pour la saison complète. Mais en temps de pandémie, les Forts, tout comme les autres équipes de la ligue, se sont contentés d’un camp d’entraînement et de quelques parties à 4 contre 4 sans contact, avant de voir la saison suspendue à la fin du mois de septembre.

Après quelques mois durant lesquels il continuait de s’entraîner en ligne avec son équipe et ses entraîneurs, Théo Haley a commencé à sentir que de remettre les pieds sur la glace était de moins en moins probable.

«À l’intérieur de moi, je me doutais que ça n’allait pas recommencer à cause de toutes les restrictions, explique-t-il. Aux États-Unis, je savais qu’il y avait la possibilité de jouer, et que ça allait être une belle expérience.»

Son instinct aura été le bon; la saison au niveau junior AAA n’a jamais repris. Après des discussions avec son agent et son père, il a décidé de suivre le pas d’un de ses coéquipiers qui a quitté pour le Colorado, et a pris un avion vers la Californie. Il s’est aligné avec les Monsters de Fresno dans la United States Premier Hockey League (USPHL), dont le calibre de jeu correspond à celui du junior AAA, selon le jeune hockeyeur.

Afin de maintenir la saison dans le contexte de la pandémie, un protocole sanitaire a été instauré par la ligue et Théo et ses coéquipiers étaient régulièrement testés pour le virus. «Disons que j’ai eu beaucoup de bâtons dans le nez, dit-il en riant. On avait tout le temps des tests rapides de COVID. Chaque semaine, on se faisait tester.»

Plusieurs Québécois ont imité Théo Haley et ont intégré la USPHL pour pouvoir jouer.

Une expérience mémorable

En Californie, Théo Haley a pu disputer une vingtaine de matchs en saison régulière, aidant son équipe à terminer au premier rang de sa division. Son équipe a par la suite remporté ses séries, ce qui lui a valu un voyage en Virginie pour les championnats nationaux.

«C’étaient des montagnes russes d’émotion, affirme-t-il. Au mois de janvier, je n’étais pas sûr de pouvoir jouer cette année, puis en dedans d’une semaine, j’étais dans un avion en direction de la Californie et j’ai vécu une expérience incroyable.»

La température hivernale de Fresno variant entre 20 et 30 degrés Celsius, Theo Haley s’apprête maintenant à vivre un «deuxième été» au Québec, en espérant que la situation sanitaire s’améliore en vue de la prochaine saison.

Si la pandémie a affecté le quotidien de plusieurs hockeyeurs québécois, elle aura donné la chance au jeune Brossardois de vivre une expérience unique.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires