Un premier match de soccer à l’ère COVID-19

Photo de Geneviève Michaud
Par Geneviève Michaud
Un premier match de soccer à l’ère COVID-19
(Photo : Denis Germain - Le Courrier du Sud)

Les joueuses U16 AA de l’Association de soccer de Saint-Lambert et U17 AA du CS Saint-Hubert ont été les premières à tenir un match à l’ère COVID-19, jeudi après-midi, au parc de la Voie maritime de Saint-Lambert. Une rencontre qui s’est terminée 0 à 0.

La reprise des activités de soccer au Québec s’accompagne évidemment de nombreuses mesures de sécurité, comme le respect de la distanciation physique entre les arbitres et les joueurs, ainsi qu’entre les spectateurs; l’obligation de répondre à un questionnaire de participation avant la tenue du match; le lavage des mains à l’arrivée, après l’échauffement et à la mi-temps; ainsi que la désinfection des ballons avant le match et à la mi-temps. Le port du couvre-visage est également recommandé pour les joueurs qui prennent place au banc, tandis que les poignées de mains d’après-match sont interdites.

«Ces consignes ont été déjà été mises en place dans les pratiques; il ne suffisait donc qu’à les transférer au contexte de match, explique le directeur général de Soccer Québec Mathieu Chamberland, qui était sur place pour cette première partie. Selon ce que je vois ici, tout se passe bien et les règles sont respectées.»

(Photo: Denis Germain – Le Courrier du Sud)

Superviseur Horacio

Faisant un clin d’œil au directeur national de la Santé publique, Soccer Québec a créé le poste de «superviseur Horacio».

Ce dernier, qui peut être un entraîneur, un gérant ou un parent, doit entre autres s’assurer que les joueurs, éducateurs, arbitres et toute autre personne se trouvant sur le terrain et les surfaces techniques se lavent les mains à leur arrivée, après l’échauffement et à la mi-temps. C’est également lui qui est responsable de leur poser les questions de participation (présence de symptômes de la COVID-19 ou contact avec une personne infectée dans les 14 derniers jours).

Chaque équipe doit désigner son propre superviseur Horacio.

Tout un défi

Alors qu’il prend normalement entre deux et trois mois pour planifier la saison, Soccer Québec n’a eu que deux semaines cette année pour s’organiser, après avoir reçu le feu vert du gouvernement, le 17 juin.

«Ç’a été toute une gymnastique pour arrimer les horaires au niveau provincial», explique le directeur général au Courrier du Sud.

Selon ce dernier, le thème de cette année est sans contredit la flexibilité. Ainsi, certaines organisations pourraient choisir de terminer leur saison aux alentours de la date habituelle, malgré le lancement retardé, alors que d’autres pourraient poursuivre leurs activités un peu plus tard, afin de ne pas écourter leur saison.

Les tournois sont toujours annulés pour l’instant, pour ne pas provoquer de rassemblements, mais Soccer Québec se garde une porte ouverte pour la fin de l’été ou le début de l’automne.

«On a joué de patience depuis le début de la crise et ça nous a souri alors, on va continuer sur cette lancée», explique Mathieu Chamberland.

Baisse de participation

Environ 170 000 Québécois jouent au soccer lors d’une saison normale. Actuellement, Soccer Québec compte environ 90 000 joueurs inscrits.

«Sur la Rive-Sud, on parle d’environ 60% des effectifs réguliers, expose Mathieu Chamberland. Le message qu’on souhaite donc lancer aujourd’hui aux gens qui hésitaient à embarquer est qu’il y aura bel et bien une saison de soccer au Québec. On les encourage à contacter leur organisation locale pour pouvoir s’inscrire», conclut-il.

Coordonnées des clubs de l’agglomération de Longueuil

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des