Un premier symposium sur la dystonie à Longueuil

Un premier symposium sur la dystonie à Longueuil

Le Symposium permettra aux experts et aux patients de partager leurs expériences et leurs connaissances

Crédit photo : Gracieuseté

Un Symposium sur la dystonie regroupe des sommités d’envergure internationale, à l’Hôtel Sandman de Longueuil, le 8 septembre. L’événement organisé par Dystonie-partage et la Fondation de Recherche Médicale sur la Dystonie (FMRD) Canada vise à faire une mise à jour sur les connaissances de cette maladie neurologique orpheline et incapacitante. 

Cette première édition d’un symposium provincial sur la dystonie, qui devrait réunir 150 patients et spécialistes, sera une opportunité de mieux comprendre les multiples visages de la dystonie, de revoir les approches thérapeutiques possibles, tout en mettant l’accent sur la réadaptation. Les nouveautés dans le domaine de la recherche sur la dystonie feront aussi au cœur des discussions.

Parrainé la Fondation de Recherche Médicale sur la Dystonie Canada (FRMDC) et par les pharmaceutiques Allergan, Ipsen et Merz, le Symposium permettra aux experts et aux patients de partager leurs expériences et leurs connaissances dans le but d’intervenir plus efficacement sur les causes et dans le traitement de la dystonie.

Parmi les personnalités de marque seront présents le Dr Jean-Pierre Bleton, kinésithérapeute spécialisé dans la rééducation de la dystonie; le Dr Sylvain Chouinard, neurologue et spécialiste des troubles du mouvement; le Dr Inge Meijer, neurologue spécialisé en génétique; le Dr Patrick Freud, Chiropraticien; la conférencière Nicole Bordeleau et plusieurs autres spécialistes.

Jusqu’à 1500 personnes au Québec

Bien que la prévalence réelle de la dystonie soit inconnue, elle pourrait toucher plus de 1500 personnes au Québec et des dizaines de milliers à travers le monde seraient atteintes par l’une ou l’autre des formes de dystonie. Environ 80% des personnes atteintes le sont par la dystonie cervicale qui se caractérise par des contractions involontaires des muscles du cou.

Certaines solutions ont été développées par les spécialistes pour soulager les symptômes de cette maladie, telles que les injections répétées de toxine botulinique, qui ne s’attaque cependant pas aux causes de la maladie qui peut continuer de s’aggraver au fil des ans.

Le groupe de soutien Dystonie-partage, qui rejoint une centaine de personnes au Québec, tient une rencontre tous les deux mois au cours de laquelle différents experts sont invités à partager avec les membres.

 (Source: Dystonie-Partage pour les personnes atteintes de dystonie)

Poster un Commentaire

avatar