Une biennale de carricature consacrée à la liberté d’expression

Une biennale de carricature consacrée à la liberté d’expression
La troisième édition de la Biennale internationale de caricature de Rosemère se déroulera à la bibliothèque municipale les 5

La troisième édition de la Biennale internationale de caricature de Rosemère se déroulera à la bibliothèque municipale les 5, 6 et 7 juin prochain sous le thème de la liberté d’expression. Il va sans dire que les terribles événements de janvier dernier, survenus dans les bureaux de l’hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo, ne pouvaient être passés sous silence pour cette nouvelle édition qui promet de belles découvertes et d’intéressantes rencontres pour les visiteurs. Le caricaturiste éditorial au journal Le Devoir, Michel Garneau, dit Garnotte, a accepté la présidence d’honneur de l’événement.

Le président du comité organisateur et initiateur du projet, le conseiller municipal Normand Corriveau, n’a pas manqué de souligner le caractère international de la Biennale de caricature de Rosemère, qui proposera en outre un concours, des ateliers techniques, des conférences, une table d’échanges entre caricaturistes ainsi que des activités pour les plus jeunes et les familles. « Avec cette troisième édition, la Ville de Rosemère dépose un nouveau jalon à son désir de se faire reconnaître comme destination de choix pour tous les amateurs d’art caricatural. À chaque édition, le nombre de visiteurs augmente et des gens venant d’aussi loin que la Gaspésie se déplacent pour y participer. C’est un événement distinctif, accessible à tous les groupes d’âge», a-t-il déclaré.

La Biennale de caricature proposera en effet une programmation destinée tant pour les écoliers que pour leurs parents et leurs grands-parents, entre autres par des ateliers interactifs et des expositions. Les activités se dérouleront à la bibliothèque municipale et au parc des Pionniers. On pourra participer à un atelier de caricature digitale et même devenir le sujet de caricaturistes en direct ! De plus, les visiteurs seront conviés à des conférences du conservateur du Musée McCord Christian Vachon et de l’historien Robert Aird sur la caricature et la censure en temps de crise au Québec. Une exposition permanente de caricatures de Normand Hudon, en provenance de la collection Denis Lépine, sera aussi présentée.

Enfin, une table ronde de caricaturistes sur le thème de la liberté d’expression promet d’être particulièrement captivante, et ce, avant la remise de prix du concours de caricature. À noter également qu’une salle sera consacrée au traitement caricatural des événements survenus aux bureaux de Charlie Hebdo.

«Cette Biennale est une trop rare occasion au Québec de célébrer la caricature en l’exposant, en la pratiquant et en l’analysant sous toutes ses coutures par des conférences et des tables rondes. Le thème de la liberté d’expression sera d’autant plus d’actualité en 2015 que cette année a commencé par une attaque barbare de la salle de rédaction de Charlie Hebdo. Ces événements qui ont indigné les caricaturistes de tous les continents, mais aussi tous ceux qui ont la liberté d’expression à cœur, nous posent des questions qui dépassent le cadre du monde du dessin de presse. Ce sera donc un moment pour réfléchir sur les conditions difficiles dans lesquelles s’exerce cet art dans plusieurs régions du monde», a pour sa part déclaré le président d’honneur, M. Michel Garneau, alias Garnotte, qui sera en bonne compagnie lors de la Biennale alors que les caricaturistes suivants exposeront leurs œuvres et certains seront même présents : Aislin (Montreal Gazette), YGreck (Journal de Québec), Beaudet (Journal de Montréal), André-Philippe Côté (Le Soleil), Bado (Le Droit), Jacques Goldstyn (Les Débrouillards), Fleg (Le Soleil), Pascal Élie (Montreal Gazette), Chapleau (La Presse), Roland Pier (retraité du Journal de Montréal).

«Rosemère s’est constamment démarquée au fil des ans avec une vie culturelle des plus riches. La Biennale se distingue par son originalité au Québec. Les attentats contre des caricaturistes nous fournissent l’occasion de réfléchir à la liberté sur tous ses angles : liberté de parole, liberté d’association, liberté de mouvement, liberté d’opinion et liberté de presse. La Ville de Rosemère souhaite contribuer, à sa façon, au débat qui a cours depuis quelques mois déjà», a conclu la mairesse de Rosemère, Mme Madeleine Leduc.

Tous les détails de la Biennale internationale de caricature de Rosemère peuvent être consultés à l’adresse www.caricaturerosemere.ca.

Rens.:Ville de Rosemère

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires