Une fusion avec les bibliothèques engloutit le Bureau de la culture de Longueuil

Photo de Ali Dostie
Par Ali Dostie
Une fusion avec les bibliothèques engloutit le Bureau de la culture de Longueuil
(Photo : Archives - Le Courrier du Sud)

La rumeur à l’effet que le Bureau de la culture a été aboli se concrétise. Il est désormais fusionné aux services des bibliothèques.

Le FM 103,3 révélait plus tôt cette semaine que le directeur du Bureau de la culture Christian Laforce avait été remercié la semaine dernière.

Au Courrier du Sud, la Ville de Longueuil confirme le regroupement des services de la culture et des bibliothèques, qui a mené à l’abolition du poste de chef du Bureau de la culture. «Toutes les autres ressources humaines affectées à la culture sont inchangées», assure la Ville.

Par ce regroupement «la Ville n’ampute aucunement son offre culturelle, artistiques et patrimoniale et n’amoindrit pas l’importance qu’elle y accorde (en argent et ressources humaines), au contraire, se défend l’administration municipale. En effet, on vient optimiser et renforcer la synergie entre nos différentes unités culturelles afin de continuer d’offrir une programmation de qualité, adaptée aux besoins des citoyens, soutenir nos partenaires et les organismes culturels du territoire.»

Les contributions financières au Conseil des arts de Longueuil et au Théâtre de la Ville demeurent inchangées.

Le Bureau de la culture était responsable entre autres du développement d’une nouvelle politique culturelle et de la programmation culturelle de la Ville. Il œuvrait aussi à la concrétisation du futur Centre culturel de Longueuil. La Ville spécifie qu’elle travaille toujours à l’actualisation de sa politique culturelle, en collaboration avec le milieu.

La nouvelle n’a pas manqué de faire réagir.

Sur Facebook, Thérèse David, qui a déjà été à la tête du Bureau de la culture, s’est dite «dévastée» d’apprendre l’abolition de cette instance mise sur place sous l’administration de la mairesse Caroline St-Hilaire en 2010.

«C’est une honte pour Longueuil, n’hésite-t-elle pas à dire. Cela en dit long sur l’administration actuelle. Oui, fusionner des services : Culture et Bibliothèques, c’est une bonne idée, mais de là à abolir carrément le Bureau de la culture, c’est radical et dégage un message que la culture, ce n’est pas important pour la 5e plus grande ville du Québec.»

Mme St-Hilaire a d’ailleurs elle-même commenté la publication. «Je suis sans mots», a-t-elle écrit.

En réponse aux critiques suivant cette publication, la conseillère municipale Monique Bastien a répondu que le même budget serait maintenu et que la même équipe serait en place.

Un engagement de l’opposition

L’opposition officielle s’est engagée ce jeudi à inclure la recréation du Bureau de la culture dans sa plateforme pour les prochaines élections.

«Une grande ville n’abolit pas son Bureau culturel. Une grande ville comprend que la culture et le patrimoine ne se résument pas seulement à ses bibliothèques, des éléments qui participent à la qualité de vie des citoyens et à l’identité d’une municipalité», a commenté le chef de l’opposition Xavier Léger.

«Nous nous engageons également à livrer le projet du complexe culturel au bon endroit», a-t-il poursuivi.

Selon Longueuil Citoyen, la Ville songerait aussi à abolir au cours des prochaines semaines le Bureau du développement social.

«C’est extrêmement préoccupant! La création du Bureau de la culture et du Bureau du développement social répondait à des besoins de la communauté. Les abolir nous fait reculer de plusieurs années en arrière», craint M. Léger.

Il demande des éclaircissements auprès de l’administration municipale.

«Est-ce que les organismes et les partenaires de la Ville ont été consultés? Quelle est la stratégie derrière cette décision? Est-ce que le développement de notre culture et le développement de toutes les communautés de Longueuil sont toujours des priorités à Longueuil?»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires