Une garderie de Brossard déplore l’inefficacité du système Place 0-5 ans

Photo de Ali Dostie
Par Ali Dostie
Une garderie de Brossard déplore l’inefficacité du système Place 0-5 ans
L’une des quatre installations des Trésors de BiaMel, sur la Rive-Sud (Photo : Gracieuseté)

Le guichet unique Place 0-5 ans instauré par le gouvernement provincial pour gérer l’accès aux places en services de garde est inefficace et inéquitable. C’est le dur constat que fait la directrice générale de la garderie Les Trésors de BiaMel, qui compte quatre installations à Longueuil et Brossard.

Depuis septembre 2019, les services de garde, tous types confondus, doivent être inscrits et se référer à Place 0-5 ans. À l’heure actuelle, la liste d’attente affiche plus de 50 000 enfants.

Du temps, des ressources, peu de résultats

Bianca Michetti

Bianca Michetti explique que beaucoup d’efforts sont déployés par son équipe pour faire connaitre sa garderie aux parents.

En pandémie, ceux-ci ne peuvent entrer dans la garderie, alors les visites se déroulent virtuellement. Il peut en prendre 45 minutes pour montrer les installations et répondre aux questions des parents.

Chaque jour, une dizaine de noms s’ajoutent à la liste d’attente.

«Ça me prendrait une personne temps plein juste pour gérer Place 0-5 ans, mais on est en pénurie de main-d’œuvre», illustre la propriétaire.

À cela s’ajoute le temps investi à expliquer aux parents le fonctionnement de Place 0-5 ans, qui est peu connu, constate-t-elle.  «Certains s’inscrivent parfois au mauvais endroit, confondent le nom de la garderie avec un autre. C’est beaucoup de gestion», relève Mme Michetti.

Puis, lorsqu’une place se libère et que le prochain parent sur la liste est contacté, le retour d’appel se fait parfois attendre longtemps. Il n’est pas rare que les parents aient entretemps opté pour un CPE. Car il est possible pour eux de s’inscrire à plus d’une liste.

Forcément, le tarif plus avantageux d’un CPE ou d’une garderie subventionnée peut jouer dans la balance. Depuis janvier, le montant de la contribution réduite d’un service de garde subventionné est de 8,50$.

Mme Michetti estime que les garderies devraient toutes être converties en milieu de garde subventionné.

«Même si on offre plus de services, certains vont opter pour le CPE. Mais si on était tous convertis, il y aurait plus d’équité pour les parents, juge-t-elle. On doit tous avoir droit aux mêmes services. Pourquoi l’enfant de l’un peut avoir des services, et pas celui de l’autre?»

Des places libres en garderie

Il y a deux ans, le gouvernement avait promis 15 000 nouvelles places en milieux subventionnés. De ce nombre, 2022 ont été réalisées.

«La façon dont on développe le réseau, ça ne fonctionne plus», a d’ailleurs affirmé le ministre de la Famille Mathieu Lacombe à Radio-Canada, le 11 février.

En octobre dernier, il a annoncé la création de 4359 places en CPE, grâce à l’augmentation du nombre de places subventionnées dans des CPE et la construction de nouvelles garderies. De ce nombre, 274 sont prévues en Montérégie.

Bianca Michetti se questionne sur la nécessité de créer de nouvelles places en CPE, «quand les garderies sont déjà là».

Elle affirme que la dernière année a porté un dur coup aux garderies. Les Trésors de BiaMel a perdu 40% de ses enfants.

«Le gouvernement a dit pendant la pandémie que les parents devaient rester à leur garderie, mais quand celles-ci ont fermé, on les a perdus. Plusieurs ont annulé leur contrat et sont allés dans un CPE.»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires