VIDÉO – Engouement pour la vaccination sans rendez-vous avec l’AstraZeneca

Photo de Ali Dostie
Par Ali Dostie
VIDÉO – Engouement pour la vaccination sans rendez-vous avec l’AstraZeneca
Le 8 avril était la première journée où les personnes de 55 à 79 ans pouvaient recevoir le vaccin AstraZeneca sans rendez-vous. (Photo : Le Courrier du Sud - Ali Dostie)

Peu avant 10h, une quarantaine de personnes faisaient la file devant la clinique de vaccination du Quartier DIX30 afin de recevoir le vaccin AstraZeneca, en cette première journée où des plages horaires sans rendez-vous sont disponibles pour les personnes de 55 à 79 ans.

Chantal Lavoie attend ce moment depuis longtemps. Elle subira bientôt une opération au genou et espérait pouvoir recevoir sa première dose avant, afin de réduire les risques d’attraper la COVID-19.

«J’ai toussé tout l’hiver. J’ai passé cinq tests de dépistage, et c’était toujours négatif», relate-t-elle.

Elle admet qu’elle était, de prime abord, un peu craintive à l’égard du vaccin AstraZeneca. «Dans les médias, on entend beaucoup parler des risques de thromboses, alors ça nous reste dans la tête», expose-t-elle.

Un appel à sa pharmacienne ce matin l’a toutefois convaincue. «Elle m’a dit « Allez-y! Il y a plus de risque à contracter la COVID qu’à avoir des effets secondaires du vaccin ». Ça m’a rassurée un peu.»

La formule sans-rendez-vous était aussi l’idéale selon la Brossardoise, elle qui avait tenté plus tôt d’obtenir un rendez-vous pour se faire vacciner à sa pharmacie. «Mais tout le mois d’avril était complet. Ça allait en mai!»

Pour Louise Vincent, résidente de Mont-Saint-Grégoire, il était important de recevoir le vaccin, puisqu’elle habite avec son père. La formule sans rendez-vous lui convenait tout à fait.

Parmi les futurs vaccinés qui patientaient à l’extérieur, Pierre Gagnon, 55 ans, était aussi bien heureux de pouvoir se prévaloir du vaccin. M. Gagnon est non-résident du pays et habite la Thaïlande. Il doit prouver qu’il a été vacciné avant de quitter le pays. «Je veux y retourner vite!» partage-t-il.

Quant aux risques associés au vaccin AstraZeneca, M. Gagnon met les choses en perspective. «J’ai plus de chance d’avoir une thrombose en faisant de longs vols en avion qu’en me faisant vacciner», compare-t-il.

Plus en amont dans la file, Diane Bouchard et son conjoint attendent depuis un peu moins d’une heure. Pourquoi était-il important pour eux de recevoir cette première dose? «Pour être libre!» lance Mme Bouchard, résidente de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Le couple n’avait pas non plus de crainte par rapport à ce vaccin. «Ça permet de faire bénéficier les autres qui ne peuvent pas avoir l’AstraZeneca», a soutenu l’homme.

À la clinique de vaccination du Quartier DIX30, la capacité de vaccination sans-rendez-vous est d’environ 1000 doses par jour.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires