«Si on avait continué… on se serait retrouvé avec un déficit de 7 G$» – Carlos Leitao

«Si on avait continué… on se serait retrouvé avec un déficit de 7 G$» – Carlos Leitao

Le ministre des Finances, Carlos Leitao.

Crédit photo : Archives - Le Courrier du Sud

POLITIQUE. En entrevue avec Gravité Média, le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitao, a justifié certaines mesures contenues dans sa mise à jour budgétaire dévoilée mardi dernier.

D’une part, le ministre se défend d’avoir procédé à des coupures uniquement dans le but de dégager des budgets pour des mesures électoralistes.

«Ça ne s’est pas passé comme ça, précise-t-il. En 2014-15 et 2015-16, nous avons effectivement ralenti le rythme des dépenses, celles-ci ont augmenté moins rapidement. Mais dans les 5 années précédentes, le rythme de la croissance des dépenses du gouvernement était devenu carrément insoutenable. Si on avait continué sur cette tendance-là, on se serait retrouvé avec un déficit potentiel de 7 milliards $, ce qui aurait entraîné une décote du gouvernement sur les marchés.»

M.Leitao affirme qu’il fallait remettre les finances publiques sur une voie beaucoup plus solide. «Ce ne fut pas toujours agréable de le faire, mais il fallait le faire», dit-il.

Quant aux baisses d’impôts de 1 milliard $ incluses dans cette mise à jour, outre le fait de soulager les familles, le ministre soutient que cette mesure vise surtout à envoyer un message clair à l’effet que le Québec est un bon endroit pour investir, pour s’installer, même si le fardeau fiscal demeure encore plus élevé qu’en Ontario ou dans l’État de New York.

«C’est important de le faire, mais il fallait le faire de façon responsable, sans engendrer de déficit. On en avait les moyens.»

Pas de salaire minimum à 15 $

Par ailleurs, même si des mesures de lutte à la pauvreté ont été annoncées (41 M$ cette année et 221 M$ l’an prochain), Québec n’entend pas rehausser le salaire minimum à 15 $ l’heure.

«Ce serait une grave erreur de monter le salaire minimum rapidement à 15 $, selon M. Leitao. L’Ontario s’oriente vers cette mesure et cela va créer un certain nombre d’enjeux, ce sera un bon test pour connaître la viabilité d’une telle approche.»

Il explique qu’il est important de calculer le pourcentage du salaire minimum en fonction du salaire médian pour éviter toutes sortes de distorsions.

Internet haute vitesse

Une mesure qui sera bien accueillie dans certains secteurs éloignés se trouve dans un nouveau programme de 300 M$ sur 6 ans, au terme duquel 95% de la population québécoise aura accès à Internet haute vitesse.

Ce programme vient s’ajouter au programme Québec branché annoncé récemment par la ministre de l’Économie, Dominique Anglade, pour mieux desservir les milieux ruraux.

Enfin, si cette mise à jour contient des mesures à caractère sociales, le ministre Leitao annonce que le budget en préparation pour le mois de mars comportera des initiatives davantage destinées aux entreprises.