Actualités
Élections

Longueuil Citoyen s’indigne d’être ignoré à un débat télévisé entre les candidats à la mairie

vendredi le 15 octobre 2021
Modifié à 0 h 00 min le 16 octobre 2021
Par

Jean-Marc Léveillé (Photo : Gracieuseté)

L’opposition officielle à l’hôtel de ville de Longueuil était absente d’un débat télévisé entre les candidats à la mairie de Longueuil organisé par le Groupe TVA le matin du 15 octobre. Ce dernier aurait refusé à Jean-Marc Léveillé de participer au débat sur les ondes de LCN, animé par Mario Dumont.

Selon un communiqué de Longueuil Citoyen, Groupe TVA aurait évoqué un sondage, commandé par un parti adverse, pour justifier le refus d’inviter M. Léveillé.

Le parti maintient pourtant qu’il a obtenu le plus de votes lors des dernières élections et qu’il compte actuellement sept élus au conseil municipal, soit le plus grand contingent à Longueuil.

Longueuil Citoyen affirme avoir effectué plusieurs démarches pour changer la décision, sans succès.

Le chef de l’opposition officielle Xavier Léger dénonce un manque flagrant de rigueur journalistique.

«Ce n’est pas seulement un individu qui a été refusé au débat, c’est toute une équipe; l’équipe de l’opposition officielle», déclare celui qui se présente à nouveau comme conseiller pour la prochaine élection.

Il souligne de plus que c’est sans précédent «qu’un média québécois décide de museler l’opposition officielle d’une grande ville» et se dit inquiet par ce refus.

«Ultimement, c’est le débat d’idées qui en souffrira le plus», ajoute-t-il.

Le 13 octobre, le parti a par ailleurs envoyé une plainte au Directeur général des élections du Québec concernant le traitement médiatique inéquitable effectué par Québecor, dont fait partie le Groupe TVA.

Jean-Marc Léveillé répond aux questions

Le chef de Longueuil Citoyen a tout de même tenu à répondre aux questions posées aux candidats lors de ce débat par communiqué.

À propos du salaire du maire, il indique qu’il le plafonnera à 180 000$ et que ce sera la première action qu’il posera s’il est élu.

«On n’a surtout pas besoin de l’aide de Québec pour agir», précise-t-il.

Au sujet des taxes, M. Léveillé affirme qu’avec une bonne gestion des finances, Longueuil a la marge de manœuvre pour geler les taxes ou les limiter en dessous de l’inflation. Selon lui, le rythme de croissance des revenus de la Ville augmente plus vite que l’inflation depuis de nombreuses années, et donc, les finances de la ville se portent bien.

En ce qui concerne l’environnement, Mario Dumont a demandé aux candidats s’ils entendaient faire la guerre aux automobilistes. Le chef de Longueuil Citoyen estime qu’il faut développer l’offre de transport en commun avant de s’attaquer aux automobilistes.

«Actuellement si on tente de barrer la route aux automobilistes, ça stresse davantage les gens que ça les aide. Il faut leur donner des alternatives», maintient-il.

Il ajoute que l’agglomération de Longueuil souffre d’une disparité majeure en financement du transport en commun par rapport aux besoins et que «tout retard dans le développement d’un mode de transport structurant à Longueuil retarde nos efforts de réduction des GES».

Enfin, à propos de la vaccination obligatoire des employés municipaux, M. Léveillé soutient que les villes n’ont pas le pouvoir de l’imposer.

«Je suis surpris que mes 3 adversaires n’aient pas compris qu’il faut respecter nos juridictions», conclut-il. (M.H.)

Connectez-vous afin de pouvoir ajouter des commentaires

Connectez-vous