Actualités

Brossard – Griffintown : le REM double le temps de parcours

le mardi 19 septembre 2023
Modifié à 14 h 11 min le 21 septembre 2023
Par Michel Hersir

mhersir@gravitemedia.com

Le trajet entre Brossard et Griffintown prend maintenant plus d'une heure pour certains usagers. (Photo : Le Courrier du Sud – Archives)

Julie Sagala et Annick Beauchemin ne se sont jamais rencontrées, mais elles ont un point en commun : toutes les deux sont de fidèles utilisatrices du transport en commun. Et toutes les deux, des résidentes de Brossard, voient leurs convictions ébranlées avec l’arrivée du Réseau express métropolitain (REM) sans la station Griffintown.

«C’est une belle machine, le REM, mais on se sent un peu oublié», raconte Julie Sagala, en parlant des gens qui travaillent à la cité du multimédia à Montréal.

Ceux-ci voient leur temps de trajet augmenter de façon significative alors que les autobus du Réseau de transport de Longueuil ne peuvent plus emprunter le pont Samuel-De Champlain et que l’ouverture de la station Griffintown-Bernard-Landry a été reportée de 2024 à 2027.

Dans son cas, Julie Sagala a vu son trajet augmenter d’une quarantaine de minutes à 1h10, 1h20.

Pour sa part, le temps de trajet d’Annick Beauchemin a plus que doublé, passant d’environ trente minutes à plus d’une heure.

«Et c’est plus long pour le retour parce que c’est plus difficile de se synchroniser avec le départ des autobus», relève cette dernière.

Changer ses habitudes

Les deux femmes ont noté tôt dans leur conversation avec Le Courrier du Sud l’importance du transport en commun pour elles. L’augmentation du temps de trajet, sans compter celle du prix du billet, les force cependant à repenser leurs habitudes.

«J’ai un peu une tête de cochon pour ne pas prendre mon auto. Mais théoriquement, ce serait plus facile de la prendre maintenant. Je pense que je vais continuer le transport en commun et espérer que le système s’améliore», témoigne Annick Beauchemin.

Toutefois, le projet de son couple de se déplacer à 100% en transport en commun et avec Communauto est sur pause, et les déplacements au centre-ville seront moins fréquents.

De son côté, «complètement désespérée» par le report de l’ouverture de la station à Griffintown, Julie Sagala songe à utiliser sa voiture pour les deux jours où elle doit aller à Montréal. Le gain de temps est d’autant plus important pour elle, qui doit aller porter et chercher son enfant à la garderie.

«Ce sont 20, 25 minutes de plus dans ta journée, mais quand on les met bout à bout sur ta semaine, ça peut être frustrant. Si la réunion termine plus tard, je n’arrive pas à temps pour chercher mon enfant, alors que c’était le cas avant. Ça me ferait des stationnements beaucoup plus chers, mais je sauverais sur le temps», soutient-elle.

Les deux précisent en outre avoir choisi le lieu où elles habitent pour la facilité des déplacements.

Problématique connue au RTL

Le Réseau de transport de Longueuil (RTL) ne peut remettre d’autobus pour ce trajet précis à cause de la clause de non-concurrence avec le REM sur le pont Samuel-De Champlain, mais dit bien comprendre les enjeux pour ces usagers.

«Dès que nous avons été informés que la station Griffintown-Bernard-Landry n’allait pas ouvrir tout de suite, nous avons immédiatement informé l’ARTM afin de trouver une solution pour les usagers touchés», indique Maxime Laliberté, des communications du RTL.

Ce dernier évoque d’ailleurs la mise en place de certaines lignes de la Société de transport de Montréal, comme la 74x, dont le trajet se fait uniquement entre la Gare Centrale et la Cité du Multimédia aux heures de pointe la semaine.

«Nous sommes toutefois conscients que le temps de trajet est plus long pour ces usagers», ajoute M. Laliberté.

 

À LIRE ÉGALEMENT : Brossard veut jouer son rôle pour une intégration réussie du REM  |  REM : 1,65 milliard plus cher que prévu

 

Plus cher

Il en coûte maintenant 4,50$ par passage à Julie Sagala pour se rendre à Montréal. Si elle achète les passages à la dizaine, le prix est de 42,50$, soit 10$ de plus que si elle utilisait seulement les autobus du RTL.

De son côté, Annick Beauchemin détient une passe mensuelle, dont le tarif est passé de 108$ (uniquement RTL) à 119$ (RTL et REM). Elle sait toutefois que le titre RTL/REM n’est que temporaire et qu’elle devra éventuellement utiliser un titre Tous modes AB, qui coûte 155$.

En effet, d'ici 2026, des ajustements graduels à la hausse seront effectués pour combler l'écart existant entre le montant du titre transit RTL/REM et le montant du titre Tous modes AB, confirme l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM).

 

Dernières nouvelles