Cinq médailles d’or en six épreuves pour Anne-Frédérique Brisson

Cinq médailles d’or en six épreuves pour Anne-Frédérique Brisson
Anne-Frédérique Brisson est entourée de son père

Le Défi sportif AlterGo 2015 fût toute qu’une réussite pour la jeune Anne-Frédérique Brisson, originaire de Saint-Augustin dans la région de Québec. La paranageuse a remporté un total de six médailles en six épreuves dont cinq d’or.

L’athlète de 15 ans, évoluant au sein du Club Natation Région de Québec (CNQ), a remporté l’or au 75 m QNI, au 50 m dos, au 50 m jambes ainsi qu’au 100 m libre, en plus de grimper sur la deuxième marche du podium au 25 m papillon.

Ces résultats avaient de quoi surprendre la paranageuse, elle qui en était à sa première compétition dans ce sport.

"Ça fait un an et demi (deux sessions) que je fais de la natation. L’an passé, je compétitionnais avec les réguliers et c’était plus difficile. Donc, pour le Défi sportif, je n’avais vraiment aucune attente", s’est-elle exclamée à TC Media.

Son père, Pierre Brisson, était bien heureux pour elle, lui qui a vu son estime d’elle-même grimper à vue d’œil au cours des derniers mois.

"Déjà, à sa première expérience en paranatation, l’an dernier, dans un camp d’entraînement à Saint-Jean-sur-Richelieu, nous avions vu sa confiance en elle-même grandir beaucoup. Avec les réguliers, elle se demandait souvent pourquoi elle était toujours moins rapide que les autres et se décourageait plus facilement", explique-t-il.

@ST:Une nette progression

@R:Née prématurément à 28 semaines, Anne-Frédérique Brisson est atteinte au niveau cérébral et accuse donc un certain retard au niveau de sa croissance et de son développement moteur.

"Anne-Frédérique pesait 2 livres et 7 onces à sa naissance, puis son poids a chuté en dessous des 2 livres à la suite d’une première chirurgie (à quelques jours de vie) aux poumons. Ses capacités pulmonaires stagnent aujourd’hui à 50%", explique Pierre Brisson.

Malgré plusieurs pépins physiques, son entraîneur au CNQ, Jonathan Blouin, a vu sa protégée connaître une excellente progression au cours de la dernière année.

"Avant, quand elle faisait 50 m, elle devait prendre une pause au milieu de la course parce qu’elle était essoufflée. Aujourd’hui, elle peut faire 400 m sans arrêt, soutient-il. Elle avait aussi beaucoup de difficultés avec le style papillon. Ses bras sortaient à peine de l’eau et maintenant, c’est beaucoup plus fluide. Elle s’est beaucoup améliorée."

Avec ces excellents résultats, il n’y a plus de limites pour Anne-Frédérique Brisson, qui rêve maintenant d’une participation aux Jeux paralympiques.

Le CNQ compte six athlètes en paranatation à travers 275 nageurs.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires