Complexe aquatique à Saint-Hubert: Longueuil va de l’avant malgré une subvention qui lui échappe

Complexe aquatique à Saint-Hubert: Longueuil va de l’avant malgré une subvention qui lui échappe

Crédit photo : Archives - Le Courrier du Sud

INSTALLATIONS. Longueuil n’a pas reçu de réponse favorable à sa demande de subvention au ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES) pour soutenir la construction d’un nouveau complexe aquatique dans l’arr. de Saint-Hubert. Un refus qui ne compromet nullement le projet, assure-t-on.

La demande avait été formulée en avril dans le cadre du programme de soutien aux installations sportives et récréatives du MEES.

«Ce projet n’a jamais été compromis par le fait qu’il y ait ou pas subvention, a affirmé le conseiller municipal Éric Beaulieu, lors de la séance du conseil municipal du 28 août. Dans tous les projets, on essaie d’aller chercher le maximum de subventions. Il y aura d’autres programmes en 2019.»

M. Beaulieu répondait ainsi aux interrogations du conseiller municipal de l’opposition Jacques Lemire, qui observait les «grandes attentes» créées auprès de la population par la conférence de presse qui dévoilait «en grande pompe» le projet de complexe aquatique au parc Gérard-Philipps, en avril.

«On n’a pas eu la subvention qui était nécessaire au projet. On n’aura pas de piscine, mais on a eu une annonce. Pourquoi créer des attentes chez les citoyens avant d’être sûrs d’avoir une subvention? Ce sont nos taxes.»

M. Lemire a toutefois réitéré la nécessité d’offrir de telles installations à la population.

Le projet est bel et bien sur les rails, puisque les élus ont autorisé un emprunt de 3,3 M$ qui permettra d’entamer les premières étapes, notamment les mandats pour les études préparatoires, le développement des plans et devis et la gestion du projet.

Une offre sous la moyenne québécoise

Un tel complexe est attendu depuis plusieurs années. L’offre aquatique actuelle de Longueuil ne répond pas à la demande, alors que plus de 1000 inscriptions par session se trouvent sur une liste d’attente pour les cours de natation.

«Le niveau d’achalandage élevé et la vétusté de certaines installations font preuve de la pénurie du réseau d’installations aquatiques intérieures à Longueuil», explique-t-on dans les documents de la Ville.

Des cinq installations aquatiques intérieures sur le territoire, seuls la piscine Olympia et le Centre Rosanne-Laflamme appartiennent à la Ville, ce qui fait que l’offre actuelle se retrouve sous la moyenne québécoise du nombre d’installations par habitant.

Commenter cet article

avatar