Consignes sanitaires : les usagers du transport en commun somme toute assez sages

Photo de Geneviève Michaud
Par Geneviève Michaud
Consignes sanitaires : les usagers du transport en commun somme toute assez sages
(Photo : Le Courrier du Sud - Archives)

Pandémie oblige, les usagers du transport en commun ont dû assimiler de nouvelles habitudes au cours des derniers mois, dont le porte du couvre-visage. Sauf quelques délinquants, le Réseau de transport de Longueuil (RTL) assure que la règle est largement respectée par sa clientèle.

En conformité avec les règles gouvernementales, le couvre-visage est obligatoire dans les autobus du RTL ainsi qu’à l’intérieur des terminus Longueuil, Centre-Ville et Radisson depuis la mi-juillet.

De plus, avec l’installation de panneaux protecteurs pour les chauffeurs et, donc, le retour de l’embarquement par la porte avant depuis le début du mois d’août, les usagers doivent utiliser la porte arrière pour descendre de l’autobus, afin de limiter les contacts.

Finalement, la zone de dégagement à l’avant des véhicules – soit la zone où les usagers ne peuvent se tenir durant le trajet – a été agrandie, afin de dégager l’entrée des autobus.

Port du couvre-visage

Selon le RTL, très peu d’incidents ont été rapportés par les chauffeurs et les superviseurs et seules deux plaintes ont été reçues concernant le port du masque au cours des deux derniers mois.

Si les observations effectuées par Le Courrier du Sud vont généralement dans le même sens, on note cependant un nombre non négligeable d’usagers qui ne portent pas leur masque correctement ou qui le retirent pendant une partie du trajet pour manger, boire ou parler au téléphone.

«Les gens qui ne portent pas correctement leur masque sont libres de marcher dans le terminus, même si les agents de sécurité les voient aussi clairement que moi, nous écrivait également une lectrice le 6 octobre. Ce n’est qu’une seule fois au cours du dernier mois que j’ai vu un agent avertir un adolescent qu’il ne portait pas son masque correctement. De plus, les personnes qui ne portent pas correctement leur masque peuvent souvent monter à bord du bus sans aucun avertissement.»

Lors des ses observations, Le Courrier du Sud n’a en effet vu aucun usager qui ne portait pas son masque correctement être averti par un chauffeur ou un surveillant.

Selon le RTL, le chauffeur doit rappeler au client l’obligation de porter le masque. «En cas de refus ou d’incident, le chauffeur le rapporte à nos superviseurs qui contacteront, au besoin, les autorités policières», précise la coordonnatrice en communication et affaires publiques du RTL Alicia Lymburner. Elle ajoute que les superviseurs ont des masques à leur disposition et peuvent en remettre un à un client qui n’en aurait pas.

Porte arrière et zone de dégagement

L’usagère ayant écrit au journal le 6 octobre rapportait également ne pas avoir pu descendre de l’autobus à l’avant, même si un usager sans masque bloquait la porte arrière. Le chauffeur aurait refusé de la laisser descendre à l’avant et n’aurait pas non plus averti l’usager fautif de dégager la porte et de mettre son masque.

«Les clients doivent descendre par la porte arrière, à l’exception des personnes à mobilité réduite ou ayant des besoins particuliers, étant encombrés ou munis d’une poussette ou d’un chariot, afin que les clients se croisent le moins possible dans l’autobus, rappelle Alicia Lymburner. Nous encourageons nos clients à garder une distance entre eux lorsque possible. Le port du masque obligatoire vient justement protéger la clientèle en tout temps et lorsque la distance n’est pas possible.»

La zone de dégagement à l’avant ne semble pas non plus universellement respectée, Le Courrier du Sud ayant noté à quelques reprises lors de ses observations des usagers y bloquant le passage. Un seul de ces usagers a été averti par le chauffeur.

Les usagers qui considèrent que les règles ne sont pas respectées dans les autobus ou à l’intérieur des terminus sont invités à s’adresser au centre de relation et information clientèle du RTL, au 450 463-0131, de préférence en indiquant la date et l’heure de l’incident ainsi que le numéro de véhicule (inscrit sur le côté de l’autobus).

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires