Culture

Coup d'œil sur 35 ans d'art d'avant-garde

vendredi le 12 juin 2015
Modifié à 0 h 00 min le 12 juin 2015
Par Ali Dostie

ARTS. Avec son exposition La beauté des choses, l'artiste visuel Richard Rajotte souhaite offrir un cadeau aux Lambertois, présentant sa démarche artistique d'avant-garde échelonnée sur 35 ans.

L'exposition qui prendra place au Centre multifonctionnel de Saint-Lambert du 12 au 21 juin est une rétrospective réunissant plus de 50 œuvres de l'artiste, tant des sculptures, des toiles que des croquis qui posent un regard sur la démarche artistique de Richard Rajotte.

«Les croquis, ce ne sont peut-être pas mes œuvres les plus fantastiques, mais on voit l'étude, ce qui m'a amené à faire ça, ce qui m'a poussé vers autre chose», explique l'artiste longueuillois, qui décrit ses œuvres comme de «l'art déco poussé plus loin».

Selon lui, l'art contemporain n'a pas à s'expliquer, à se justifier. «Quand je fais une sculpture, je veux que ça ne ressemble à rien qui existe déjà. Et il ne devrait pas y avoir de légende à côté d'une toile. Il faut plutôt essayer de trouver le sens de l'œuvre. La compréhension vient toute seule. C'est net, fret, sec.»

Bien que M. Rajotte ait touché à plusieurs formes d'arts, la terre cuite est le médium qui l'inspire le plus. Que ce soit un rêve ou la mythologie, tout peut devenir source d'inspiration. C'est «toujours un combat entre deux idées, souvent contraires, qui donnent le pas à la création d'une œuvre».

Après plus de 35 ans de création, M. Rajotte reconnaît que son art a changé. Il identifie cependant l'année 1987 comme un moment tournant. «Je suis devenu sourd à ce moment-là.  Tout a changé. J'ai retravaillé toutes mes pièces. Tout est devenu plus songé. J'étais davantage dans ma tête, j'allais plus en profondeur», remarque-t-il.

L'artiste, qui en est à sa huitième exposition, a conçu ses quelque 200 œuvres à temps partiel. Maintenant que la retraite est imminente, il consacrera davantage de temps à sa passion.

Le vernissage aura lieu le 12 juin, à 18h30.

Connectez-vous afin de pouvoir ajouter des commentaires

Connectez-vous