COVID-19: Sylvie Parent doit à nouveau se défendre

Photo de Ali Dostie
Par Ali Dostie
COVID-19: Sylvie Parent doit à nouveau se défendre
Sylvie Parent, durant la séance du conseil municipal du 15 septembre (Photo : YouTube Ville de Longueuil)

Critiquée à nouveau concernant le délai entre l’obtention de son résultat positif de COVID-19 et le communiqué l’annonçant, la mairesse Sylvie Parent a insisté: les instructions de la Santé publique ont été suivies. Selon la mairesse, elle aurait pu faire le choix de ne pas aviser les personnes qui ont été informées simplement par mesure préventive.

«Le processus qui m’a amenée à dénoncer des gens avec qui j’avais été en contact ou pas, à moins de 2 mètres, plus de 15 minutes, sans masque… Ce sont les règles que la Santé publique m’a demandé de donner, comme liste de personnes à risque», a-t-elle soutenu, lors de la séance du conseil municipal du 15 septembre.

«Tous les autres, ce sont par mesure de précaution qu’elles ont été averties. J’aurais pu n’avertir personne, car c’est de l’ordre personnel», a-t-elle poursuivi.

Mme Parent a fait appel au président du conseil pour que cessent les «attaques personnelles».

Ses propos faisaient suite à des critiques pour le moins virulentes du conseiller municipal Jean-François Boivin. Il a évoqué le stress vécu par lui-même et sa famille puisqu’il a été en contact avec la mairesse et a subi un test de dépistage la semaine dernière, de manière préventive.

«[Avoir su que j’avais été en contact avec quelqu’un ayant la COVID], croyez-vous que je serais allé visiter ma mère [durant la fin de semaine]? Jamais, au grand jamais. C’est pourtant ce manque de diligence de la mairesse qui m’a amené à le faire.»

«Je suis choqué, outré… Je considère que c’est un grand manque de respect.»

Le chef de l’opposition Xavier Léger a aussi ajouté son grain de sel au débat, rappelant la marche à suivre dictée par la Santé publique en cas de symptômes.

«L’actualité de la dernière semaine nous a servi de sérieux avertissements. Je crois que nous avons évité un foyer de propagation de justesse», a-t-il exprimé.

En réaction aux propos de Mme Parent à l’effet que les personnes qui n’étaient pas considérées à risque par la Santé publique auraient pu ne pas être avisées, M. Léger a qualifié ces propos d’«irresponsables», de déclaration «complètement déconnectée de la réalité des derniers mois».

«Les élus sont tenus à des standards plus élevés que le reste de la population, écrit-il dans un communiqué. Nous avons la responsabilité d’être exemplaires et d’aller au-delà du respect minimal des consignes.»

Lors d’un point de presse ce mercredi matin, un journaliste a demandé au premier ministre François Legault de réagir à l’effet que Mme Parent ait dit «qu’elle n’était pas obligée de dire qu’elle était contaminée».

«Chaque Québécois a une certaine responsabilité d’informer les personnes qui ont été en contact avec elle au cours des deux dernières semaines. C’est une question de responsabilité personnelle», a répondu M. Legault.

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Bouqui Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Bouqui
Guest
Bouqui

Quel brio d’orgueil mal placé??? Elle ne dérape pas étant déjà loin de la réalité. Elle mêle le civisme à sa réalité à elle. Faut avoir pris connaissance de ces dernières frasques pour s’interroger sur ceux qui lui ont voté un tel siège?