Les CPE de la Montérégie s’interrogent sur la pérennité du guichet unique La Place 0‑5

Photo de Sarah Laou
Par Sarah Laou
Les CPE de la Montérégie s’interrogent sur la pérennité du guichet unique La Place 0‑5
(Photo : Archives - Le Courrier du Sud)

PETITE-ENFANCE. Le Regroupement des CPE de la Montérégie (RCPEM) veut privilégier un retour à la proximité plutôt que de continuer à financer la centralisation des places en service de garde sur le portail La Place 0‑5.

Depuis l’entrée en vigueur de la directive concernant l’adhésion obligatoire au portail La Place 0‑5, en novembre 2014, les CPE et les garderies subventionnées sont tenus d’adhérer à ce guichet unique d’accès aux places subventionnées en service de garde.

À partir de septembre 2018, le site qui centralise les demandes des parents auprès de l’ensemble des centres de la petite enfance (CPE) et des garderies subventionnées du Québec proposera également de retenir des places en garderies non subventionnées et en milieux familiaux régis.

Or, le RCPEM s’oppose à un second soutien financier du ministère de la Famille pour la mise à niveau de ces nouveaux services. Selon l’organisme, les instances régionales qui géraient les guichets centralisés et le Bureau d’Inscription sur une liste d’attente centralisée «répondaient davantage aux besoins des familles et offraient un réel service de proximité.»

L’association rappelle également que les CPE et les garderies subventionnées paient leur adhésion au site 10,75$ par place pour en assurer le bon fonctionnement.

«L’adhésion obligatoire des services de garde en milieu familial et des garderies privées non subventionnées engendrera pour La Place 0‑5 des entrées d’argent supplémentaires de près de 1,7M$, estime la porte parole de l’association. On peut se demander pourquoi, depuis toutes ces années, le service du guichet unique La Place 0‑5 ne fait toujours pas ses frais et demande encore un nouveau million de dollars pour poursuivre ses activités.»

Le RCPEM rappelle au ministre de la Famille Luc Fortin que le mandat des regroupements régionaux de CPE est «de favoriser la proximité, et que la centralisation systématique des services aux familles et aux milieux de garde est loin d’être une solution rentable et à long terme».

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des