Crise de l’eau: Weston poursuit la Ville de Longueuil pour 388 000$

Photo de Olivier Robichaud
Par Olivier Robichaud
Crise de l’eau: Weston poursuit la Ville de Longueuil pour 388 000$
Les Aliments Weston

Après le recours collectif intenté par un résident de Boucherville, un autre front s’ouvre contre la Ville de Longueuil dans la saga entourant la crise de l’eau de janvier. Les Aliments Weston ont intenté une poursuite de 388 000$ contre la Ville pour les pertes liées à la contamination de l’eau et la gestion de la crise, fortement critiquée.

Les Aliments Weston opèrent une boulangerie industrielle au 2700, boul. Jacques-Cartier Est, où sont notamment produits les pains de marque Gadoua. Lors de la crise, l’entreprise a perdu une bonne partie de sa production, entre autres à cause du délai dans la publication de l’avis de non-consommation de l’eau.

Une journée de retard

Le déversement de diésel au Centre d’épuration Rive-Sud a été constaté dès 4h, le matin du 14 janvier. Puis, en fin de journée, la Ville a émis un communiqué informant ses citoyens que l’eau était toujours potable, malgré des plaintes de résidents qui affirmaient que leur eau sentait le diésel.

Ce n’est finalement qu’à 10h30 le lendemain que la Ville a émis un avis de non-consommation de l’eau.

«En raison du retard entre le début de la contamination et l’avis de non-consommation, une certaine quantité de production a dû être éliminée», lit-on dans le recours déposé par Les Aliments Weston, daté du 7 juillet.

La compagnie poursuit en affirmant que «l’industrie du pain est une industrie où il est impossible de rattraper ses pertes. Les commandes non livrées ne peuvent s’ajouter aux commandes du lendemain».

La compagnie réclame ainsi 204 322$ pour la perte de production. À cela s’ajoutent une perte de profit de 147 497$ ainsi que des montants déboursés, entre autres, pour l’approvisionnement en eau potable, le transport de livraisons spéciales et des tests de qualité.

Un porte-parole du cabinet d’avocats qui représente Les Aliments Weston, Borden Ladner Gervais, a indiqué que la compagnie ne ferait pas de commentaires à cette étape des procédures. La Ville de Longueuil n’a pas non plus souhaité commenter le dossier.

De gros joueurs affectés

Plusieurs gros joueurs de l’industrie agroalimentaire sont situés sur le territoire affecté par la crise de l’eau, qui comprend les arrondissements du Vieux-Longueuil et de Saint-Hubert, les villes de Boucherville et Saint-Bruno-de-Montarville et une petite partie de Brossard. Tout comme Les Aliments Weston, certains d’entre eux pourraient être tentés d’obtenir une compensation financière pour les pertes encourues.

L’entreprise de yogourts Danone a dû arrêter toute la production à son usine de Boucherville après la publication de l’avis de non-consommation de l’eau. Contactée par Le Courrier du Sud, la compagnie n’a toutefois pas souhaité commenter la poursuite intentée par Les Aliments Weston.

«En ce qui nous concerne, l’incident est derrière nous et le dossier est clos», a affirmé par courriel la chef des communications externes de Danone Canada, Anne-Julie Maltais.

Quant à Agropur, seuls ses bureaux administratifs de Saint-Hubert ont été affectés par la crise de l’eau.

Le Courrier du Sud a tenté d’obtenir un commentaire de la Chambre de commerce et d’industrie de la Rive-Sud, afin de savoir si certains de ses membres ont exprimé des doléances envers la Ville de Longueuil. Au moment de mettre sous presse, l’organisme n’avait pas répondu à notre demande.

Le secteur agroalimentaire compte environ 180 entreprises sur le territoire de l’agglomération de Longueuil. Plus de 7700 personnes y travaillent, dont 150 à la boulangerie Weston.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des