De l’essence de mauvaise qualité cause de nombreux problèmes

Photo de Yanick Michaud
Par Yanick Michaud
De l’essence de mauvaise qualité cause de nombreux problèmes
Des automobilistes ont eu la mauvaise surprise de voir leur voiture ne plus redémarrer après avoir mis de l'essence chez Shell. La photo, à titre indicatif, n'est pas le Shell de la 34e avenue à Saint-Zotique. (Photo : Gracieuseté)

De nombreux automobilistes de la région semblent avoir connu des problèmes mécaniques après avoir fait le plein d’essence au Shell de la 34e Avenue à Saint-Zotique.

Sur des médias sociaux, des gens ont admis avoir acheté de l’essence mercredi et devoir en appeler à des mécaniciens pour pouvoir redémarrer la voiture après coup. Vidange d’essence, remplacement de pièces, les coûts montent rapidement pour ces consommateurs qui doivent recourir à Shell pour régler les problèmes.

Julie Daigle-Côté a eu la malchance de faire le plein mercredi aux environs de 14 h 15. « J’ai mis plus de 50 litres d’essence. Et jeudi matin, mon auto ne démarrait plus convenablement. Si elle venait à partir, elle toussait et étouffait. Nous serions plus d’une vingtaine actuellement. Et il y en a sûrement plus dans la région qui n’ont pu être joint par le groupe Facebook que nous avons formé », explique celle qui n’est pas impressionnée par le service à la clientèle de Shell.

« Ils ont répondu avec un courriel traduit de l’anglais. Avec des questions déjà toutes faites. J’imagine que ça va être difficile d’obtenir de l’aide. Ça va finir en recours collectif, j’imagine », se désole-t-elle.

Communications pas aisées

Effectivement, le Saint-François a tenté d’obtenir plus de détails. Du côté du dépanneur Shell, la gérante s’est limitée à dire « On s’occupe du dossier. On a pris ça en main. » Après insistance, elle a recommandé le journaliste à Shell Canada en raccrochant.

Du côté du siège social, de nombreux appels ont dû être effectués et, malgré tout, pas de réponses claires. Plutôt que de transmettre la demande au service médias et communications, la réception a lancé l’appel vers le service à la clientèle. La première conversation s’est déroulée seulement en anglais. Un autre appel a permis de parler à une préposée dans un français relatif. Elle n’a su répondre sur le problème de la station-service de Saint-Zotique.

Elle a offert une adresse courriel pour obtenir des réponses à quelques questions. Au moment de diffuser l’article, nous n’avions toujours pas obtenu de réponses.

En attendant, un garagiste de la région a admis avoir reçu six dépanneuses dans sa cour jeudi, à la suite de ce problème. Il était en attente de neuf autres au cours de la journée de vendredi. « Et ça n’augure pas bien. On pense que du diesel a été mis dans le réservoir de l’essence régulière. Quand j’ai démarré la voiture, ça sortait de la fumée noire. Je ne sais pas si mon moteur est sauté », conclut Julie Daigle-Côté.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires