Actualités
Culture

Des artistes signent des œuvres au «Moi m’aime, cent autoportraits»

vendredi le 06 mai 2022
Modifié à 9 h 40 min le 09 mai 2022
Par Ali Dostie

adostie@gravitemedia.com

Autoportrait 2022, par Miville (Photo: Gracieuseté)

L’encan-bénéfice Moi m’aime, cent autoportraits, au profit du Centre d'apprentissage parallèle de Montréal (CAP) est de retour pour une neuvième édition. Des artistes-peintres de la Rive-Sud se sont prêtés à l’exercice pour la cause. 

C’est le cas notamment de l’artiste de Saint-Lambert Jennifer Miville-Tremblay (alias Miville), qui a créé une acrylique sur toile. Son travail s’inspire du mouvement de l’impressionnisme abstrait, l’action painting. 

Jennifer Miville-Tremblay est également créatrice de costumes pour le milieu du théâtre et de la télévision, entre autres pour les séries 30 vies, Ruptures et District 31. Elle a travaillé également avec les théâtres La Licorne, Espace Go, Denise-Pelletier, d’Aujourd’hui, Périscope, La Bordée et Le Trident.

Miville était aussi de quelques éditions précédentes. (Photo: Gracieuseté)

Véronica Dragnef, peintre autodidacte d’origine roumaine résidant à Brossard, a quant à elle livré une œuvre employant des techniques mixtes (acrylique et plâtre sur toile).

«La perte est une dimension intrinsèque de l’expérience de migration, même dans le cas de la migration volontaire. Pertes de repères, de certitudes, d’identité. Ces pertes obligent Veronica Dragnef à chercher des ressources personnelles de résilience à l’intérieur d’elle-même», décrit-on sur le site de l’encan, à propos de sa démarche artistique.

«Mon art est sans doute issu de la souffrance qui accompagne le déracinement, mais aussi de la joie d’avoir réussi donner un sens à tout ça», explique l’artiste.

Autoportrait 2022, par Véronica Dragnef (Photo: Gracieuseté)

Parmi les artistes et personnalités de cette édition de Moi m’aime, cent autoportraits, on compte entre autres Louise Archambault, Patrice Bernier, Pascale Bussières, Luc de Larochellière, René Derouin, Martin Dubreuil, Dominique Fortier, Louise Forestier, Marie-Chantal Perron, Jacques Pinard alias Piko, Hubert Proulx, Bernard Séguin Poirier, Kim Thuy, Michel Tremblay et Cynthia Wu-Maheux.

L’encan

Les autoportraits seront mis en vente dans le cadre d’un encan virtuel, qui s’échelonne du 4 au 18 mai. Tous les fonds recueillis iront au profit du CAP, qui offre des services d’inclusion socioprofessionnelle et d’éducation par l’art aux personnes fragilisées psychologiquement et socialement.

En plus de se prêter au jeu de l’autoportrait, le quadruple olympien Bruny Surin agit comme porte-parole de cette 9e édition.«J’ai accepté d’être le porte-parole de la fondation Le CAP parce que je connais le sérieux de la santé mentale, surtout ces temps-ci, en cette période difficile qu’on vit, a-t-il partagé. La santé mentale, ça nous concerne tous. On connaît tous quelqu’un de proche ou de loin dans notre milieu qui est touché par ça, donc on va mettre beaucoup d’efforts pour cette cause, puis j’ai très hâte d’y participer!» (A.D.)

Pour consulter les œuvres à l’encan : www.macause.com/moimaime/encan