Des élèves et enseignants du Collège Charles-Lemoyne atteints de la COVID-19

Photo de Audrey Leduc-Brodeur
Par Audrey Leduc-Brodeur
Des élèves et enseignants du Collège Charles-Lemoyne atteints de la COVID-19
(Photo : Archives - Le Courrier du Sud)

Quatre élèves et deux enseignants du Collège Charles-Lemoyne à Longueuil sont atteints de la COVID-19, a confirmé l’établissement scolaire. Les classes touchées doivent suivre leur cours à distance.

Le directeur général, David Bowles, a indiqué qu’il n’y a pas de lien entre les personnes infectées. De plus, des cas ont également été rapportés au centre administratif du Collège à Longueuil, mais les employés n’ont pas eu de contact avec les élèves.

«La contamination vient de membres de leur famille, a précisé M. Bowles. En attendant, les professeurs peuvent offrir leur matière en ligne via la plateforme Teams, puisqu’ils ont l’équipement nécessaire pour le faire.»

Répercussions sur le sport scolaire

Deux classes du Collège Charles-Lemoyne (CCL) à Sainte-Catherine ont aussi été fermées au cours des derniers jours à la suite du test positif à la COVID-19 de deux élèves. Le premier cas a été diagnostiqué au courant de la semaine du 14 septembre. Le second a été recensé cette semaine.

«Certains d’entre eux visent une place au sein d’une équipe de la Ligue de hockey junior majeur du Québec ou d’un cégep, par exemple. Ils perdent l’opportunité de se développer» -David Bowles

Ces premiers cas positifs au campus de Sainte-Catherine ont eu des répercussions jusqu’au sein des équipes sportives de l’établissement, dont les Riverains qui évoluent dans la Ligue de hockey midget AAA. Leur partie prévue le vendredi 18 septembre contre le Blizzard du Séminaire Saint-François a été annulée. Ce, même si aucun des deux élèves atteints de la COVID-19 au CCL ne fait partie de l’équipe. Pour M. Bowles, il s’agit d’un non-sens.

«L’élève qui a testé positif la semaine dernière est en secondaire II et les joueurs des Riverains sont en secondaire IV et V. Ils ne se croisent pas et n’ont aucun rapport entre eux. Mais le match a quand même été annulé en raison des règles gouvernementales prévues pour le parascolaire. C’est illogique et injuste pour nos athlètes», a tonné le directeur, aussi président de la Fédération des établissements d’enseignement privés.

Impact sur la motivation

L’équipe de football juvénile les Dynamiques du CCL est aussi affectée par cette mesure, alors qu’elle se voit privée de compétition jusqu’à nouvel ordre.

«Je comprendrais si un cas avait été recensé parmi les membres de l’équipe, mais ce n’est pas le cas, pour des raisons qui m’apparaissent encore mystérieuses», a ajouté celui qui craint l’impact sur la motivation des élèves-athlètes.

«Certains d’entre eux visent une place au sein d’une équipe de la Ligue de hockey junior majeur du Québec ou d’un cégep, par exemple. Ils perdent l’opportunité de se développer», a-t-il plaidé.

M. Bowles estime que le traitement réservé aux équipes sportives scolaires est «inéquitable», puisque les joueurs du civil ne sont pas soumis aux mêmes restrictions, en vertu des mesures gouvernementales.

«C’est difficile de faire respecter les règles auprès des élèves quand ils savent qu’ils vivent une injustice. Et honnêtement, je les comprends», a-t-il conclu.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires