Des élus municipaux au front pour plus de transparence au sein des municipalités

Photo de Katherine Harvey-Pinard
Par Katherine Harvey-Pinard
Des élus municipaux au front pour plus de transparence au sein des municipalités
Loïc Blancquaert, conseiller municipal à Saint-Lambert. (Photo : Capture d'écran)

Des élus municipaux d’un bout à l’autre du Québec ont créé une nouvelle coalition, Cartes sur table, réclamant plus de transparence au sein des municipalités. Les conseillers de La Prairie Denis Girard et de Saint-Lambert Loïc Blancquaert font partie des cinq membres fondateurs.  

La coalition a lancé son site Web, sa page Facebook ainsi qu’une vidéo où certains élus présentent des enjeux liés au manque de transparence dans les conseils municipaux.

«Saviez-vous que dans plusieurs municipalités du Québec, toutes les décisions sont prises dans des réunions à huis clos?» lance Denis Girard, qui est le premier à s’exprimer à la caméra.

«Saviez-vous que les élus sont parfois exclus de ces réunions, les empêchant ainsi de faire leur travail et de participer à la prise de décision?» renchérit Chantal Crête, conseillère municipale à Lac-Simon.

«Saviez-vous que souvent, aucun compte rendu n’est fait de ces réunions, et qu’il est donc impossible de savoir comment sont prises les décisions qui vous concernent?», ajoute Loïc Blancquaert.

D’autres élus enchaînent les/des questions de ce genre, avant d’aborder le modèle de l’Ontario, où «seuls certains sujets peuvent être légalement discutés à huis clos» et où «tous les débats doivent avoir lieu en public».

«Et si on mettait cartes sur table?», concluent en chœur les élus.

Recommandation 51

C’est en septembre 2020 que s’est enclenché ce mouvement, alors que les conseillères Virginie Proulx de Rimouski et Évelyne Beaudin de Sherbrooke ont déposé une lettre, cosignée par une cinquantaine d’autres élus, aux bureaux de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation à Québec.

Les deux femmes «demandaient entre autres l’application de la recommandation 51 de la Commission Charbonneau, qui commandait un meilleur encadrement des séances à huis clos des conseils municipaux du Québec», indique la coalition via communiqué.

D’autres élus ont ensuite rejoint le mouvement pour réclamer plus de transparence dans l’exercice de la démocratie municipale.

«Les façons de faire actuelles ne répondent tout simplement plus aux responsabilités grandissantes des villes, soutient Mme Proulx, co-porte-parole de Cartes sur table.

Au cours des dernières années, nous avons assisté à une augmentation des pouvoirs assumés par les municipalités, mais cette autonomie doit aller de pair avec davantage de reddition de comptes envers les citoyens, pour le maintien d’une vie démocratique saine.»

De son côté, Mme Beaudin affirme que de nombreux élus ont contacté le mouvement pour dénoncer des situations anti-démocratiques dans leur municipalité.

«J’ai été sidérée par ce que j’ai entendu et étonnée de constater que les situations sont très similaires d’une municipalité à l’autre, dit-elle. Le gouvernement ne peut plus tolérer ces problèmes de gouvernance importants qui minent la vitalité démocratique de nos localités. Il doit agir dès maintenant.»

La coalition Cartes sur table invite d’ailleurs les citoyens à rejoindre le mouvement en signant le manifeste «pour envoyer un message fort au gouvernement, afin qu’il mette en place dès maintenant un processus visant à moderniser la gouvernance municipale et rendre les processus décisionnels plus transparents».

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Caroline Derome
Caroline Derome
1 mois

Enfin !