Disparue depuis octobre 2018, elle vivait en Ontario sous une fausse identité

Disparue depuis octobre 2018, elle vivait en Ontario sous une fausse identité
(Photo : SPAL)

Jame-Laura May, 26 ans, portée disparue le 13 octobre 2018 à Longueuil, a été retrouvée vendredi dernier par la police de Windsor, en Ontario.

La jeune femme, qui était sous le coup d’une ordonnance de santé mentale en placement forcé, s’était réfugiée dans la province voisine, où elle vivait sous une fausse identité. Lorsqu’elle a été retrouvée, le 22 mai, elle se trouvait dans un état de détresse important.

Jame-Laure May avait en sa possession des fausses pièces d’identité d’excellente qualité, précise le Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL). Le sergent détective Éric Déry, responsable de l’enquête, avait émis l’hypothèse que l’utilisation de faux papiers pour expliquer que la jeune femme ait pu si longtemps échapper aux recherches. «L’enquête du sergent détective Déry l’avait d’ailleurs amené à découvrir que l’un des proches de l’entourage de Jame-Laura était un producteur de fausses pièces d’identité», indique le SPAL.

C’est en observant l’un des tatouages de la jeune femme qu’une policière de l’Ontario a pu l’identifier.

«Cet heureux dénouement a été rendu possible grâce au travail acharné de nos enquêteurs, qui ont posé des actions multiples tout au long de leur enquête, afin de faire connaitre ce dossier à travers les différents corps policiers du Canada ainsi que dans les médias d’un peu partout au pays», ajoute le SPAL. (G.M.)

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des