Du romarin pour la santé psychologique des agriculteurs

Par Mario Pitre
Du romarin pour la santé psychologique des agriculteurs
Des sous-produits du romarin sont en vente pour contribuer au financement de deux travailleurs de rang sur le territoire de la Montérégie. (Photo : Pierre Masse)

Depuis des années, Josée Lajeunesse consacre des efforts à soutenir des initiatives en santé mentale. Cette année, dans le cadre du projet Récoltons l’espoir, elle offre des produits conçus à base de romarin pour lesquels une partie des ventes est destinée aux travailleurs de rang.

À sa ferme du Domaine du Paysan, à Saint-Stanislas-de-Kostka, près de Valleyfield, la productrice a conçu divers sous-produits du romarin, tels que de la gelée, du sel, de même que des biscuits. Pour la vente de chaque produit, un dollar est destiné au financement de deux travailleurs de rang sur le territoire de la Montérégie.

« Mon but est de faire en sorte que les gens associent le romarin à la santé mentale, un peu comme le coquelicot l’est aux anciens combattants ou encore la jonquille au cancer », raconte Mme Lajeunesse.

À l’origine du projet, celle-ci avait produit pas moins de 1000 plants de romarin destinés à la vente. Mais la pandémie de COVID-19 est venue changer la donne.

« On en a vendu 200 sur 1000, raconte-t-elle. On ne pouvait tout simplement pas jeter ce qui restait, alors on a eu l’idée d’en faire la transformation. »

Ces produits sont en vente à la boutique de la ferme, route 236 à Saint-Stanislas-de-Kostka, mais aussi en ligne au cours des prochains jours sur son site web www.ledomainedupaysan.com.

Santé mentale des agriculteurs

Le concept de travailleur de rang a été développé à travers l’organisme Au cœur des familles agricoles (ACFA).
«À l’instar du travailleur de rue, le travailleur de rang (TR) a pour rôle d’entrer en relation avec les personnes isolées là où elles sont… Grâce à une approche éducative et préventive, le TR favorise le développement des compétences personnelles et sociales de chacun, contrant l’apparition de problèmes tels l’isolement, la dépression, la toxicomanie, la violence…», peut-on lire sur le site web de l’organisme.

Ce besoin est né d’un contexte où Santé Québec rapporte une hausse alarmante du taux de détresse psychologique des travailleurs agricoles depuis les 10 dernières années. En fait, il a plus que doublé en cinq ans. Selon une étude de Santé Canada, le taux de suicide chez les agriculteurs du Québec est deux fois plus élevé que chez la population en général.

Cela s’explique du fait que « de nombreux facteurs sont venus alourdir la tâche des familles agricoles…, explique l’ACFAS. Aux changements climatiques, aux contraintes de réglementations toujours plus rigoureuses, à la vive concurrence des marchés mondiaux et à de multiples autres impondérables se sont ajoutés la rareté de la main-d’œuvre, l’arrivée en force de la technologie, le surendettement.»

Dans un même ordre d’idées, la boutique du Domaine du Paysan met aussi en vente de petites sculptures décoratives en bois, faites à la main par un résident de l’Ile Perrot, Paul Sincennes.

La totalité des ventes est destinée à la ressource en santé mentale Le Tournant, de qui M. Sincennes et sa famille ont obtenu une aide précieuse, à la suite du suicide de leur fils.

Ces petites sculptures décoratives en bois, faites à la main par un résident de l’Ile Perrot, Paul Sincennes, sont aussi vendues au profit de la ressource en santé mentale Le Tournant. (Photo Journal Saint-François Pierre Masse)
Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires