Edgar Fruitier connaîtra son sort le 30 juin

Photo de Geneviève Michaud
Par Geneviève Michaud
Edgar Fruitier connaîtra son sort le 30 juin
Edgar Fruitier au palais de justice de Longueuil, le 9 avril 2019 (Photo : Denis Germain - Le Courrier du Sud)

Le comédien Edgar Fruitier, reconnu coupable d’attentat à la pudeur en juillet dernier, était de retour au palais de justice le 31 mars, pour les représentations sur la peine. Pour une première fois, l’homme de 90 ans a été confronté à sa victime.

Aujourd’hui âgé de 62 ans, Jean-René Tétreault a demandé au juge de lever l’ordonnance de non-publication de son identité, dans le but d’encourager d’autres victimes à dénoncer les agressions qu’elles sont subies.

L’homme a raconté les gestes que son agresseur a posé sur lui à trois reprises entre 1974 et 1976. À chacun des événements, le comédien l’aurait agrippé par derrière pour lui toucher les parties intimes. Le premier événement aurait eu lieu au chalet de l’accusé à Eastman, en Estrie, et les deux autres, à la résidence et au studio d’enregistrement d’Edgar Fruitier à Brossard.

Selon ce que rapporte Radio-Canada, la victime affirme avoir vécu les quarante dernières années avec de lourdes séquelles de ces agressions.

Edgar Fruitier, qui est demeuré impassible tout au long du témoignage de la victime, ne se souviendrait pas des gestes qu’il aurait posé, selon ce qu’a déclaré un ami et voisin à la cour.

La procureure Erin Kavanagh réclame une peine de six mois de prison, en raison du lien de confiance entre la victime et son agresseur, de la vulnérabilité de la victime et de la répétition des gestes. L’avocat de la défense Robert Polnicky demande quant à lui une sentence suspendue avec période de probation, soulignant l’âge avancé de l’accusé et le risque de récidive «inexistant».

Le juge Marc Bisson prononcera sa sentence le 30 juin.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires