Équipement de protection: une gestion en temps réel

Photo de Ali Dostie
Par Ali Dostie
Équipement de protection: une gestion en temps réel
(Photo : Archives - Le Courrier du Sud)

Alors que les équipements de protection comme les masques sont en forte demande partout dans le monde, les inventaires de ces équipements sont effectués sur une base  quotidienne au Centre intégré de services sociaux (CISSS) de la Montérégie-Est, qui compte l’hôpital Pierre-Boucher parmi ses installations.

Au CISSS Montérégie-Est, on est confiant que ces équipements ne manqueront pas, alors que l’on confirmait au journal, le 25 mars, qu’une commande devait être expédiée à la fin de la semaine dernière.

«En cette période de forte demande, nous avons rappelé à notre personnel et nos médecins la gestion rigoureuse qu’ils doivent faire de ces équipements, indique néanmoins le conseiller aux relatons médias Hugo Bourgoin. La situation est gérée en temps réel et ajustée au fur et à mesure de l’évolution de la situation.»

Du côté du CISSS Montérégie-Centre qui compte l’hôpital Charles-LeMoyne, on ne précise pas si le risque que ces équipements de protection individuelle viennent à manquer est réel.

«Nous avons le souci d’assurer une gestion rigoureuse et judicieuse des équipements de protection individuelle nécessaires pour assurer la protection et la santé des travailleurs et des patients», mentionne la conseillère-cadre aux relations médias Martine Lesage.

Des protocoles suivis à la lettre

Dans les deux centres hospitaliers, les protocoles prévus par le ministère de la Santé et des Services sociaux sont suivis à la lettre afin d’assurer la santé et la sécurité tant du personnel que des patients.

«Le personnel et les médecins de nos urgences ont reçu des instructions précises concernant le triage et la prise en charge de patients présentant des symptômes pouvant s’apparenter à ceux de la COVID-19», souligne Hugo Bourgoin.

Différentes mesures de précaution sont instaurées pour prévenir les risques de contagion.

«Nos installations de première ligne appliquent les protocoles liés aux maladies respiratoires, qui visent notamment à isoler les personnes infectées pour leur offrir les soins nécessaires, tout en protégeant les autres patients et le personnel soignant, et à déclarer tout cas suspecté», détaille pour sa part Martine Lesage.

Au CISSS Montérégie-Centre, on refuse de dévoiler si des membres du personnel ont été infectés à la COVID-19. Le CISSS Montérégie Est ne comptait aucun cas chez les membres de son personnel en date du 25 mars.

Des urgences moins achalandées

La situation actuelle de pandémie enlève de la pression sur les urgences des hôpitaux, qui se trouvent moins achalandées qu’à l’habitude.

La situation varie toutefois selon la journée, et le moment de la journée.

À l’hôpital Pierre-Boucher, le taux d’occupation des civières est de 63%, en date du 30 mars à 15h. Une semaine plutôt, en matinée, il était de 51%. À ce moment, le délai d’attente moyen était de 2h11.

À l’hôpital Charles-LeMoyne, le taux d’occupation est considéré comme «élevé», à 93%. En date du 30 mars, 40 des 43 civières étaient occupées.

«Le message que nous transmettons à la population est toujours le même, peu importe les circonstances: vous devez éviter de vous présenter à l’urgence si votre situation n’est pas urgente, rappelle le porte-parole du CISSS Montérégie-Est Hugo Bourgoin. Les gens semblent être plus réceptifs à cette consigne dans les circonstances actuelles.»

Du côté du CISSS Montérégie-Centre, on reconnait que les très faibles taux d’occupation sont «hors du commun».

«Il faut comprendre que les gens sont confinés à la maison, ce qui diminue certains risques d’accident pour lesquels les gens viennent consulter à l’urgence», évoque Martine Lesage, pour expliquer cette baisse de fréquentation.

Elle émet également l’hypothèse que ceux qui visitent habituellement les urgences pour des situations sans gravité sont moins enclins à le faire dans le contexte actuel.

La mise en place des consultations médicales téléphoniques contribue également à réduire la pression sur les urgences.

Partager cet article

2
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
Ali DostieManon Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Manon
Guest
Manon

est ce que les infirmières de hôpital Pierre Boucher quittent encore avec leur vêtements Hôpital
je trouve ca pas très responsable
ils transportent avec eux les virux