Escale montréalaise avant Rio

Escale montréalaise avant Rio
Les Canadiennes mettent les bouchées doubles afin d’être le plus compétitives à Rio.

À à peine un peu plus de quatre mois des Jeux paralympiques de Rio, l’équipe canadienne féminine de volleyball assis profite du Défi sportif AterGo et de ses installations pour tenir un camp d’entraînement. Une des dernières chances pour les 13 joueuses de décrocher l’un des 12 postes convoités au sein de la délégation canadienne qui s’envolera vers le Brésil.

«Cela fait environ cinq ans que nous venons ici et, nous sommes accueillies comme des reines! Ça fait toujours plaisir de venir s’entraîner à Montréal, raconte l’Ontarienne Chantal Beauchesne. C’est une super belle organisation et l’environnement est très propice à la tenue d’un camp d’entraînement.»

Membre de l’équipe nationale depuis maintenant six ans et demi, l’athlète de Petawawa espère participer à sa première aventure paralympique en septembre prochain.  «Il faudrait parler à mes coachs pour le savoir!» dit-elle en riant. L’identité des joueuses retenues sera dévoilée au terme de leur camp de sélection qui sera présenté à Edmonton la semaine prochaine.

«Cela fait plusieurs années que nous essayons d’avoir notre place aux Jeux paralympiques et finalement ça se concrétise pour Rio», explique la volleyeuse de 32 ans qui a aidé à qualifier le pays en raflant le bronze aux Jeux parapanaméricains de Toronto l’été dernier.  «C’est un rêve pour toute l’équipe qui se réalise!»

Les représentantes de l’unifolié reviennent de la Chine où elles ont participé à un tournoi international, ce qui leur a permis d’affronter des adversaires qui seront également à Rio. «C’était intéressant à ce stade de voir à quelle sorte de calibre nous devrons nous mesurer aux Jeux»

«Nous avons beaucoup appris des capacités de notre équipe. Cela nous permet d’axer sur certains détails et poursuivre le travail au niveau technique et sur notre forme physique.»

Les Canadiennes mettent les bouchées doubles afin d’être le plus compétitives à Rio. «Nous nous concentrons surtout sur la fluidité de nos mouvements en situation de match. Il nous manque toutes des membres différents alors il faut voir quels sont les mouvements les plus efficaces.»

«Nous formons une équipe qui n’est pas très grande, alors cela nous prend un plan complètement différent», poursuit-elle.

Après Montréal et Edmonton, Chantal Beauchesne et ses coéquipières se rendront en Europe pour la poursuite de leur entraînement et participer à de matchs préparatoires, notamment face à l’équipe britannique.

Les espoirs sont grands pour les Jeux de Rio où les Canadiennes espèrent décrocher une médaille. «Monter sur le podium serait fantastique! Nous visons le top!»

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des