Être proche aidant en temps de pandémie

Être proche aidant en temps de pandémie
Stéphanie Cousineau-Bourassa, du Centre de soutien entr’aidants (Photo : Gracieuseté)

S’il est vrai que la pandémie est difficile pour tout un chacun, imaginez un instant que vous êtes un aidant prenant soin d’un proche âgé.

Puisqu’être aidant est d’emblée un rôle difficile à balancer avec tout le reste, l’un des principaux enjeux pré-pandémiques était déjà de travailler à la prévention de l’épuisement chez les proches aidants. Afin de prévenir une situation d’épuisement, l’aidant doit d’abord être outillé pour reconnaître les signes avant-coureurs, puis mettre en place des stratégies de ressourcement. Effectivement, il faut prendre soin de soi afin de mieux prendre soin de l’autre.

La réalité démontre cependant que les gens attendent trop souvent d’être en pleine situation d’épuisement avant d’aller chercher de l’aide. Même si c’est toute une famille qui prend soin d’un proche âgé, cela finit généralement par être une seule personne qui assume toute la charge, et doit jongler avec le ménage, les rendez-vous médicaux, le transport, l’épicerie, les soins… Cela peut donc représenter un gros fardeau à porter et il est vite facile de s’oublier dans le tourbillon des tâches quotidiennes à accomplir pour son aidé. En temps de pandémie, cette tendance ne se retrouve que plus exacerbée. Maintenant, ajoutez à cela tout le stress relié à la pandémie, les contacts limités entre personnes, les masques, la distanciation de 2 mètres, le couvre-feu, ainsi qu’une majeure réduction des occasions de ressourcement… et vous obtenez un beau mélange encore plus anxiogène qu’auparavant.

L’aidance demeure un sujet méconnu et parfois difficile à discuter avec les gens autour qui ne comprennent peut-être pas toujours les implications ou sensibilités du rôle. Le cercle social s’étant énormément rétréci au courant de la dernière année, il est encore plus ardu de briser l’isolement social. Ainsi, ce qui devient de plus en plus apparent durant la pandémie pour les intervenants psychosociaux œuvrant auprès des aidants, est que ces derniers en prennent encore plus sur leurs épaules et attendent encore plus longtemps avant de tendre la main.

Vous connaissez un aidant dans votre entourage? De petits gestes peuvent faire une grande différence. Dites-lui que vous êtes là pour : l’écouter, apporter une épicerie, passer à la pharmacie ou à la poste, ou même simplement imprimer des formulaires. Rappelez-lui qu’il existe des ressources spécialisées pour l’accompagner dans son rôle et de ne pas attendre avant d’appeler la ligne Info-aidant (1 855 852-7784) de l’Appui Montérégie afin d’en savoir plus sur les services du territoire.

 

Stéphanie Cousineau-Bourassa

Centre de soutien entr’aidants

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires