Il y a des cas de COVID-19 «partout» en Montérégie, mais aucun décès

Photo de Hélène Gingras
Par Hélène Gingras
Il y a des cas de COVID-19 «partout» en Montérégie, mais aucun décès
(Photo : Pixabay)

Les 486 Montérégiens touchés par le coronavirus proviennent de partout sur ce territoire, affirme la Direction de la santé publique, qui ne divulgue pas leurs villes de résidence, puisque cette information est confidentielle.

«La Montérégie compte beaucoup de petites municipalités dans lesquelles il y a très peu de cas. L’information pourrait permettre d’identifier des personnes atteintes», justifie Chantal Vallée, agente d’information aux communications du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSMO) de la Montérégie-Centre.

L’envers pourrait faire en sorte que des citoyens vivant dans des villes qui ne sont pas touchées jusqu’à maintenant d’avoir un faux sentiment de sécurité et baisser leur garde, défend-elle.

«Notre message à tous les résidents de la Montérégie est de respecter les consignes actuelles, comme rester à la maison, respecter une distance de 2 mètres, éviter de visiter des personnes âgées, etc., parce qu’il y a des cas partout et que ça peut évoluer au fil du temps», ajoute-t-elle.

«Tous les gens font d’immenses sacrifices en ce moment pour préserver la vie de tous.»

-Chantal Vallée, agente aux communications au CISS de la Montérégie-Centre

Pourtant, Montréal a identifié les régions où la pandémie est plus importante, tout comme l’Estrie? Ce sont des exemptions, afin de répondre à des enjeux de santé publique, explique Mme Vallée.

S’il y a une contagion soutenue dans un endroit en particulier, ça changerait la donne.

«On va le faire savoir alors», dit-elle, spécifiant que la situation serait au préalable analysée par des experts sur le plan de communication à adopter.

Aucun décès

Le 1er avril, la Direction de la santé publique de la Montérégie a, sur sa page Facebook, dévoilé pour la première fois des chiffres plus précis, à savoir par réseaux locaux de services (RSL). Encore là, des secteurs qui comptent peu de cas ont été regroupés afin de préserver la confidentialité des données», précise-t-elle.

Les données y seront mises à jour une à plusieurs fois par semaine.

Si le nombre de personnes infectées augmente, des données par «territoires plus petits» seront divulguées.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des