La Corporation de développement communautaire fête ses 30 ans

Photo de Ali Dostie
Par Ali Dostie
La Corporation de développement communautaire fête ses 30 ans
Martin Boire, l’agente de développement Marie-Chantal Vigneault-Hamel et l’agente de développement et communication Maude Boulay (Photo : Jean Laramée – Le Courrier du Sud)

Pour célébrer les 30 ans de la Corporation de développement communautaire de l’Agglomération de Longueuil (CDC-AL), on a fait appel à la mémoire collective de ceux qui œuvrent et ont œuvré à l’élaboration et l’évolution de la corporation. Pour l’occasion, membres et partenaires étaient réunis dans un cadre informel, vin chaud à la main et le cœur à la fête, le 11 décembre, au parc Michel-Chartrand.

«Ce sont 30 ans de réflexion, de travail collectif, afin de se structurer, s’améliorer, et où l’on poursuit toujours le même objectif: améliorer le bien-être des citoyens, a présenté d’emblée le directeur général Martin Boire. Mon souhait est que pour les prochains 30 ans, on poursuive d’écrire cette histoire.»

S’inspirant de l’univers d’Astérix, des membres de la CDC ont retracé le parcours de ce regroupement de membres de divers organismes.

Tout est né d’une simple rencontre en 1982 entre «des familles qui habitaient tout près». Une expérience qui s’est répétée au fil des ans.

«À force de tremper dans la potion magique de la concertation, CDC Longueuil est née», en 1989, a raconté l’agente de développement Lise St-Jean.

Luc Barsalou a fait la lecture du texte inaugural du premier colloque de la CDC, qui s’est tenu en novembre 1989 et qui avait pris la forme d’une fable à la Jean de la Fontaine: Le nanti et le sans-abri.

Services et partenariats

Des dizaines de personnes étaient réunies

Au fil des années, des services ont été mis en place, des partenariats ont été créés.

L’agente de développement Cathy Chabot a raconté la naissance des tables de vie de quartier, dont le mandat est d’améliorer la qualité de vie des quartiers. Un travail qui a débuté dans Sacré-Cœur.

Parmi les projets marquants, Mme Chabot identifie le journal L’Écho du quartier Notre-Dame-De-Grâces et le projet Une ville, un livre, grâce auquel les citoyens étaient invités à lire un livre – Le Matou – et à porter le bracelet Je parle Le Matou. Et vous?.

«Nous voulions susciter la lecture et les échanges, a évoqué Mme Chabot. Bien humblement, on a réalisé de belle choses!»

Pour sa part, la précédente directrice générale Maryse Drouin a entre autres ciblé la création de la première carte des ressources à la communauté et les journées de réflexion sur la participation citoyenne parmi les nombreux événements marquants de la CDC-AL.

Gérald Mongeau, directeur de la Maison Vivre et président du C.A. de la CDC-AL jusqu’au 22 novembre, a parlé du défi de bien comprendre la nature et les fonctions de la corporation, dont le rôle de concertation peut sembler plus vague que la mission d’un organisme, par exemple.

«Mais une chose dont je suis sûre c’est combien la CDC et ses partenaires développent des liens avec toutes sortes d’organisations, organismes et groupes.»

Des occasions de créer, apprendre et communiquer, voilà ce qu’est la CDC-Al, a-t-il synthétisé.

Bénévole aguerri, notamment pour son implication aux Tables de vie de quartier, Jacques Morin a livré deux chansons, Des mains, des cœurs à l’ouvrage et Communautaire, auxquelles le public a joint sa voix.

Enjeux communautaires

Lors de son allocution, le maire de Saint-Bruno-de-Montarville Martin Murray s’est permis un commentaire à caractère plus «politique», pour rappeler l’importance du rôle que joue le milieu communautaire, où il a d’ailleurs déjà œuvré.

«L’État, que ce soit fédéral, provincial ou municipal, on a cette tendance à empiéter dans un champ qui appartient au milieu communautaire, a-t-il relevé. Il faut lui donner les outils, car se l’accaparer est la pire erreur. Il faut s’assurer de le renforcer, de lui donner cette vision humaine, que l’on perd parfois dans un milieu trop institutionnalisé.»

Au nom de la mairesse Sylvie Parent, le conseiller municipal de Longueuil Tommy Théberge a vanté pour sa part les impacts positifs du travail accompli par les membres et partenaires de la CDC-AL. Il a remis un certificat de la Ville, soulignant les 30 ans de la CDC ainsi que la contribution de l’organisme au mieux-être de la communauté.

Nouvelle identité visuelle

L’identité visuelle de la CDC a évolué au fil des ans. La toute dernière mouture a été dévoilée à l’occasion de cet événement soulignant les trois décennies du regroupement.

D’apparence et de couleurs similaires au logo connu depuis quelques temps, la nouvelle identité visuelle emploie l’acronyme CDC-AL plutôt que le nom au long, afin de faciliter la lecture et l’identification, notamment sur les réseaux sociaux.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des