La danseuse contemporaine Dena Davida finaliste aux prix Charles-Biddle

La danseuse contemporaine Dena Davida finaliste aux prix Charles-Biddle
Dena Davida (Photo : Gracieuseté – Nathalie St-Pierre)

Dena Davida, danseuse contemporaine de Saint-Lambert qui a cofondé le Festival international de la nouvelle danse à Montréal, s’est taillé une place parmi les finalistes du volet national/international des prix Charles-Biddle.

Cette récompense honore l’apport exceptionnel au développement culturel et artistique de la société québécoise d’individus ayant immigré au Québec.

Dena Davida a quitté la Californie et s’est installée au Québec en 1977. Depuis 45 ans, elle œuvre dans le milieu de la danse contemporaine en tant que chercheuse, enseignante et artiste.

On lui doit la cofondation du tout premier lieu de diffusion en danse au Québec, Tangente, qui a vu le jour en 1980. Elle s’y implique toujours, en tant que commissaire.

«Politiquement engagée», Mme Davida se décrit comme une artiviste, «tout simplement parce que je veux changer le monde par la danse», confie-t-elle dans une vidéo de la Fabrique culturelle.

Celle qui a fait un doctorat en anthropologie de la danse voit cette forme d’art comme une vocation, l’«expressivité physique qui incorpore une idée de fond sur le monde».

Mme Davida a aussi enseigné la composition et l’improvisation en tant que chargée de cours à l’UQAM durant 25 ans.

Elle travaille actuellement à la création d’une revue sur les arts vivants, afin de «rassembler la mémoire» sur son champ de pratique.

Les finalistes du prix Charles-Biddle ont été dévoilés par le ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration et l’organisme Culture pour tous.

Les noms des lauréats seront dévoilés le 18 novembre, dans le cadre de la Semaine québécoises des rencontres interculturelles. Chaque lauréat remportera une bourse de 5000$. (A.D.)

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des