La pédagogie de l’indépendance

La pédagogie de l’indépendance
(Photo : Jean Laramée - Le Courrier du Sud)

Voilà ce qu’il faut faire auprès de la nouvelle génération d’électeurs. Pourquoi, dans les années 2020, il est important que le Québec devienne un pays souverain? Les partis politiques québécois sont légèrement frileux sur la question de la pédagogie de l’indépendance. C’est également l’une des pistes de réussite évoquées dans l’excellent livre Le projet Ambition Québec de la députée Catherine Fournier. Les arguments pour faire l’indépendance ont évolué ces dernières années. Voici d’ailleurs un passage du livre de celle qui nous représente dans Marie-Victorin depuis décembre 2016.

« En premier lieu, convenons que nous, souverainistes, sommes des «champions du contenu». […] Cela est évidemment essentiel pour faire vivre notre idéal. Je soutiens toutefois ici qu’il manque parfois de concret, d’application à la réalité pratique du Québec et de vulgarisation dans ce que nous produisons. À cet effet, un projet de société souverainiste devrait être en mesure de définir aussi précisément que possible ce que le Québec sera une fois indépendant – à la manière d’un plan d’affaires –, pour ainsi offrir à la population les réponses auxquelles elle s’attend légitimement.»

Encourageons cette initiative en mettant la partisanerie de côté, pour le bien des citoyens du Québec.

Jean-Sébastien Lamarche

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
3 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Hugues St-Pierre
Hugues St-Pierre
11 mois

« …ce que le Québec sera une fois indépendant »… Voilà! Place donc aux réalisateurs! L’éminence grise a rédigé le petit manuel théorique, elle doit maintenant laisser place aux personnes d’action, du terrain. Organisateurs de comités chargés d’apporter au monde les étapes à franchir. Urgent, pendant que QS et PQ pédalent dans leurs théories fumeuses.

e
e
11 mois

Le régime électoral n’a pas à nous rendre l’unité qu’on cherche. Le parti de la CAQ sans le lui demander en ayant le front de lancer la question de se faire un pays par un nombre intéressant de votes élisant plutôt les électeurs en assez grand nombre pour décrocher un référendum aussitôt au pouvoir la semaine suivante du 1er octobre 2022. Il faut faire confiance aux électeurs plus qu’aux partis politiques. Engelbert@videotron.ca Engelbert Frédette

Clémence Massicotte
Clémence Massicotte
11 mois

J’ai moi-même lu le livre de Catherine Fournier. Son approche een ce qui concerne l’indépendanced est positive et plait aux jeunes et aux moins jeunes. Je la félicite et souhaite que tous lle liksent.